trump_ryad


L’escroc Super Trump a mené sa campagne présidentielle en expliquant que l’Arabie Saoudite était responsable des attentats du 11/9, il a même commencé sa présidence en interdisant l’entrée de son territoire aux ressortissants de 7 pays musulmans ! Il tourne casaque aujourd’hui en expliquant que ses alliés – les Séoud – vont régler le problème du terrorisme avec pour contrepartie des contrats d’armements de plusieurs centaines de milliards de dollars…


L’Arabie Saoudite achète pour 110 milliards de dollars d’armements aux États-Unis.
Un méga-cadeau de bienvenue à Donald Trump.

Tapis rouge pour Donald Trump à Ryad. Un responsable de la Maison Blanche a annoncé samedi des accords d’armements d’une valeur de 110 milliards de dollars avec l’Arabie saoudite, un allié traditionnel des États-Unis. Cette annonce a été faite au premier jour de la visite du président américain en Arabie Saoudite, première étape de son premier déplacement à l’étranger. Au palais royal d’al Yamama, le roi Salman ben Abdelaziz a en outre décoré Donald Trump de la médaille roi Abdelaziz, la plus haute distinction civile.

« Le président et le secrétaire d’État Rex Tillerson vont assister à une cérémonie de signature de près de 110 milliards de dollars » d’accords militaires, a expliqué un responsable de la Maison Blanche. Ces accords visent à « soutenir à long terme la sécurité de l’Arabie saoudite et de la région du Golfe face aux menaces de l’Iran », a-t-il ajouté sans détailler ces accords.

Par exemple, Lockheed Martin a signé des accords de plus de 28 milliards de dollars avec l’Arabie saoudite (défense antimissile, navire de combat, avions tactiques et des hélicoptères). Raytheon a également signé des accords (Air Defense Systems, Munitions intelligentes, C4I Systems et des systèmes de Cyber-sécurité pour protéger des systèmes et des plateformes de défense) sans communiquer de montants. Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Ryad a été en 2016 le quatrième importateur d’armes au monde avec 63,7 milliards de dollars.

Alléger le fardeau pour l’armée américaine

La Maison Blanche a précisé que les contrats militaires allaient renforcer la capacité du royaume à « contribuer aux opérations de contre-terrorisme à travers la région », ce qui « réduira le fardeau » pour l’armée américaine. Washington compte ainsi voir Ryad jouer un plus grand rôle dans la lutte contre les groupes jihadistes comme le groupe État islamique (EI) et Al-Qaïda.

Parmi les contrats annoncés à l’occasion de la visite de Donald Trump, l’Arabie Saoudite a signé l’achat de 150 hélicoptères Blackhawk de l’américain Lockheed Martin qui seront assemblés localement. Cet accord de six milliards de dollars (5,3 milliards d’euros) devrait entraîner la création de 450 emplois en Arabie saoudite, a précise le communiqué officiel. Ryad a engagé l’an dernier un ambitieux programme Vision 2030 visant à réduire la dépendance de l’économie saoudienne au pétrole, après l’effondrement des cours sur le marché international. Ce programme entend développer l’industrie, attirer des investissements et encourager les PME pour créer des emplois.

15 milliards pour General Electric

General Electric (GE) a signé une série de protocoles d’accords avec l’Arabie saoudite d’une valeur de 15 milliards de dollars à l’occasion de la visite du président Donald Trump à Ryad, son premier déplacement à l’étranger. Dans un communiqué, le conglomérat industriel américain, basé à Boston, précise qu' »en partenariat avec le royaume », des protocoles d’accords et des projets « d’une valeur de 15 milliards de dollars » ont été signés en présence du président Trump et du souverain saoudien Salmane ben Abdel Aziz.

« Quelque 7 milliards de dollars iront à GE Technology and Solutions à travers divers secteurs et partenariats destinés à créer une plate-forme économique véritablement diversifiée et durable », ajoute le communiqué. Le document souligne que la « collaboration » entre GE et le ministère saoudien de l’Énergie, ainsi qu’avec le Programme national de développement des unités industrielles, « devrait dépasser les 12 milliards de dollars ». Cela inclut la construction de nouvelles capacités de production électrique de 12 gigawatts (GW).

GE a également signé un protocole d’accord avec le géant pétrolier Saudi Aramco pour « entreprendre une transformation numérique des opérations d’Aramco », a indiqué le communiqué. Ce projet devrait générer à Aramco 4 milliards de dollars chaque année par une amélioration de la productivité du […]


M.C -La Tribune / Agences