Le fils de Pablo Escobar : « Mon père travaillait pour la CIA »

juan-pablo-escobar


Le témoignage du fils du célèbre narcotrafiquant Pablo Escobar vient confirmer ce que l’on dit depuis maintenant une dizaine d’années, à savoir l’implication du gouvernement américain dans le trafic mondial de cocaïne et bien d’autres drogues. Tout ceci est un secret de polichinelle car si vous imaginez une seconde qu’un abruti de narcotrafiquant puisse défier des états entiers qui ont des armées puissantes de 2 millions d’hommes surentraînés et très bien équipés, c’est que vous n’avez pas l’intelligence d’une huître.


Juan Pablo Escobar, le fils du célèbre narcotrafiquant colombien Pablo Escobar Gaviria, affirme que plusieurs autorités américaines étaient liées aux obscures affaires du cartel de Medellin.

Juan Pablo Escobar est le fils du célèbre narcotrafiquant colombien Pablo Escobar Gaviria. Pour mener une vie plus paisible, il a changé de nom: « J’admire Pablo comme père, celui qui m’a éduqué. Pas à Escobar, le mafieux », lâche-t-il d’emblée sur le site Infobae.

Sebastian Marroquin, son of deceased Colombian drug lord Pablo Escobar Gaviria, speaks during a Reuters TV interview in Bogota November 10, 2014 . Juan Pablo Escobar, who changed his name to Sebastian Marroquin, spoke about his recently published book named "My Father", which he tells about his relationship with his father. REUTERS/Jose Miguel Gomez (COLOMBIA - Tags: SOCIETY DRUGS CRIME LAW)

« Georges Bush père et bien d’autres »
Pour la sortie de son nouveau livre Pablo Escobar, in fraganti. Ce que mon père ne m’avait jamais raconté, Sebastian Marroquín vient de lancer une nouvelle polémique qui risque de faire couler beaucoup d’encre.

« Dans mon livre, je raconte que mon père travaillait pour la CIA en vendant de la cocaïne pour financer la lutte contre le communisme dans le centre de l’Amérique. Il y a des noms comme Georges Bush père et bien d’autres encore », précise Sebastian Marroquín sur le site InfoBae.

« Il est devenu fou »
Le fils de Pablo Escobar Gaviria donne aussi plus de détails sur les dernières heures vécues par le plus célèbre des narcotrafiquants. Il s’est basé sur les témoignages de ceux qui l’ont accompagné jusqu’à sa mort en décembre 1993.

« Il est devenu fou », ajoute Sebastian Marroquín, 39 ans. « Il avait perdu tout l’amour qu’il avait pour lui-même. Il venait de terroriser la moitié de la Colombie. Il a décroché le téléphone pour que son appel soit identifié. Ils l’ont trouvé comme ça », conclut celui qui […]

7sur7 [Belgique]

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)