Me Herzog défend Sarközy mis en examen dans l’affaire du financement libyen


En dehors du fait que l’ex-président de la république est en train de crier au complot ce qui fait de lui un conspirationniste mais ceci est une autre question, cette affaire nous oblige à faire quelques commentaires.

Nous vous invitons avant toute chose à regarder l’intervention de son avocat Me Herzog qui explique dans une seule et unique phrase qu’il n’a pas encore eu accès aux 40 tomes du dossier d’instruction tout en affirmant que le juge Tournaire n’a absolument aucune preuve concrète contre son client ! Comment peut-il en être aussi certain puisqu’il ignore le contenu de ces 40 tomes dont la lecture nécessitera plusieurs semaines, on imagine !

Pire encore, le nom Herzog nous disait bien quelque chose puisque c’est l’avocat qui a été mis en examen avec Monsieur Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire dite des écoutes téléphoniques ! C’est lui-même qui lui a soufflé l’idée de se faire appeler Paul Bismuth, n’hésitant pas à usurper l’identité d’un ancien camarade de lycée particulièrement mécontent de cette initiative pour le moins cavalière ! On croit rêver ! Comment se fait-il qu’un avocat puisse continuer à exercer son métier alors qu’il a été mis en examen dans une affaire aussi grave ? Est-ce déontologique ?!

La France marche sur la tête, ses élites sont totalement décadentes et il n’y a plus personne pour diriger le bateau…


POLITIQUE – Une réponse en prime-time. Au lendemain de sa mise en examen dans l’enquête sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy a eu droit à une demi-heure au journal télévisé de TF1 pour se défendre et s’expliquer face au plus grand nombre. Et à cette occasion, il a eu une réflexion qui n’a manqué de faire réagir. Avec créativité.

« Est-ce que vous imaginez la gravité de ce qui se joue. Si ce que je dis est vrai, si c’est un complot, si Mediapart a servi pendant des années de porte-voix à un document reconnu comme faux par la justice, est-ce que ce ne serait pas encore un scandale plus grave? », a-t-il déclaré, en fin d’émission. Avant de conclure sa diatribe par un désormais fameux: « Si jamais on m’avait dit qu’un jour j’aurais des ennuis à cause de Kadhafi, j’aurais dit : ‘Mais vous fumez monsieur ! » »

La réplique a évidemment été remarquée sur les réseaux sociaux. Et elle a tout le potentiel pour devenir l’un des mèmes du printemps politique…

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)