Soral et Kontre Kulture n’auraient pas payé plusieurs auteurs de « L’almanach pour tous »

almanach-pour-tous-soral-2013-une-LLP


almanach-pour-tous-2013-volume-1Nous avons été contactés par un ex-dessinateur de l’Almanach pour tous (2013) de E&R, connu sous le pseudo de Stiopa. Ce dernier avait été approché par Zéon (Pascal Fernandez) pour rejoindre le projet des dessins de la semaine, puis le fameux almanach qui allait reprendre les dessins les plus intéressants dans son édition annuelle. Cet album comptera 250 dessins réalisés par 24 artistes présents dans l’ouvrage et ce sur un total de 110 pages. Le but de la manœuvre était d’offrir une tribune à des dessinateurs satiriques anti-Charlie hebdo, tout en leur faisant entrer quelques droits d’auteur pour les aider à démarrer. Ce dernier point était essentiel dans la présentation du projet ; il était même ressassé à l’envi pour motiver les troupes avec des phrases du genre : « On veut vous filer un coup de main, vous motiver, car vous êtes de vrais artistes satiriques etc. » ! Il était de toute manière évident que la participation de chaque dessinateur impliquerait la signature d’un contrat en bonne et due forme afin de protéger ses droits d’auteur ainsi que le règlement de ces derniers, étant donné que l’album devait être vendu à un prix assez élevé et que, in fine, il sera mis en vente à 25 € par une entreprise commerciale qui engrange des bénéfices (Culture pour tous appartenant pour 80 % à Soral et 20 % à Julien Limes) et non par une quelconque association caritative !

Couve-MythomaneNous connaissons tous les pratiques de la maison d’édition Kontre Kulture puisque nous avons eu à les dénoncer au cours de ces deux dernières années, aussi bien dans Soraloscopie #2. Diagnostic financier, que plus tard, en septembre 2015 à travers le livre Le Mythomane. La face cachée d’Alain Soral, au chapitre du même nom. Nous savons également que Paul-Éric Blanrue a eu recours à un avocat pour avoir les chiffres réels des ventes de son livre Le monde contre soi, racheté aux éditions Blanche par Kontre Kulture, sans même que l’auteur n’ait été tenu au courant, ni même qu’il ait reçu le moindre exemplaire ! Nous avions également parlé de cette drôle d’affaire née autour de la parution de l’ouvrage de Julien Teil intitulé Le livre noir des ONG qui a été publié à la va-vite sans l’autorisation de l’auteur et avant même les dernières corrections avec, en plus, de mauvaises notes de bas de pages et un mauvais logo sur la couve… Sans parler de la capacité de siphonnage extraordinaire du site Égalité et Réconciliation qui passait le plus clair de son temps à piller le travail des autres, sans citer ses sources, dans le but évident de se créer un contenu numérique à moindre frais et par là même, rediriger les visites exclusivement sur son propre site.


Cet article a pour but de dénoncer les pratiques honteuses de ce groupe de personnes malveillantes et ainsi avertir les nouveaux venus, afin qu’ils s’éloignent le plus loin possible de cette secte.


Le témoignage précis et détaillé de Stiopa vient encore confirmer les accusations précédentes, puisqu’il affirme, preuves nombreuses à l’appui, qu’il n’a jamais été payé et qu’on ne lui a jamais fait signer de contrat à ce jour. Rappelons que cette pratique particulièrement délictueuse peut être aisément qualifiée de travail dissimulé et pire encore, de pillage de droits d’auteurs puisque les dessins de Stiopa ont été vendus sans qu’il ne touche un seul centime ! Stiopa va envoyer son RIB à Zéon une première fois (cf. capture #1). Au bout de quelques mois, Stiopa demande ce qu’il en est du contrat et du premier virement. On lui explique que ses coordonnées bancaires sont erronées et qu’il faudrait renvoyer le RIB comme le démontre la capture écran de leurs échanges. Puis Zéon, le responsable de la réalisation de l’Almanach aura pour excuse curieuse le fait de le payer après la vente de 3000 exemplaires et du coup d’avoir à attendre la réédition (cf. capture #2, voir message du 19 avril 2014 à 00:52) ! Connaissent-ils seulement les règles les plus élémentaires régissant la rédaction et la conclusion d’un contrat d’édition ? Sans compter le caractère immoral d’une telle attitude consistant à ne pas payer un travail réalisé ? D’autant que certains auteurs ont, eux, été rémunérés. Rien ne se fera, puis un autre message de Zéon redemandera les coordonnées bancaires en janvier 2015 (cf. capture #3) ! Il faudra attendre le 23 février 2015 (cf. capture #4) pour que Zéon confirme la réception du RIB tant recherché, hélas sans conséquence aucune, puisque le paiement ne se fera pas et le contrat d’édition non plus.

Le 17 décembre 2015, Stiopa contactera un autre auteur de l’Almanach afin de lui demander s’il avait été payé (cf. capture #5). Ce dernier répondra par la négative. Puis, il s’ensuivra un échange de messages avec Alain Soral (cf. capture #6) du 15 avril 2015 dans lequel le gourou affirme à Stiopa que le paiement devrait arriver (sic) ! Après 2 mois sans nouvelles, Stiopa relancera Soral qui lui demande de lui renvoyer un message sur son courriel (cf. capture #6 – 7 juin 2015) ! Dans ce même échange, un dernier message de Stiopa daté de septembre 2015 indique toujours que rien n’a été fait.

Il va falloir attendre le 19 novembre 2015 (cf. capture #7) pour que Stiopa reçoive un courriel officiel de Nicolas Roger (coordinateur de l’Almanach et membre actif de ER connu sous le pseudo de Mister Mayo) qui lui confirme le choix fait par la direction de ne pas le rémunérer, au motif qu’il n’avait plus produit de dessins sur le site ! Le courriel est signé et envoyé en copie à la compta de Kontre Kulture ainsi qu’à Alain Soral. La décision, collégiale, a donc été prise par Alain Soral, Julien Limes et Zéon. En deux ans, l’auteur a envoyé ses coordonnées bancaires pas moins de 5 fois, en vain, puisqu’au final, on lui expliquera qu’il ne sera pas payé car ne participait plus trop aux dessins de la semaine. Cette nouvelle clause — aussi abusive que virtuelle — a été ajoutée en dernière minute à un contrat qui n’existe pas et qui n’a jamais existé ! Il faut également préciser que le volume 2013 de l’Almanach pour tous est sorti en novembre 2013 alors que le dernier dessin publié par Stiopa date du 3 septembre 2014, presque une année plus tard, temps normalement amplement suffisant pour régulariser sa situation.

En réalité, les anti-Charlie hebdo de la secte soraëlienne se retrouvent à pratiquer les mêmes méthodes honteuses que les premiers, comme l’actualité nous l’a démontré ces derniers temps. L’argent étant roi et la roublardise devenue un métier, nous avons ici une énième illustration de la mascarade Alain Soral. Les donneurs de leçons et moralisateurs d’hier sont les escrocs d’aujourd’hui, dénués du moindre scrupule et sans vergogne. Ce qui est encore plus choquant, c’est le fait que Zéon et Nicolas Roger (Mister Mayo) se rendent complices d’un tel comportement, du vol et du pillage d’un de leurs collègues. Assurément, tout ce qui gravite autour de Soral se corrompt et s’avilit… Il n’est pas question ici de milliers d’euros, mais bien de principes moraux et d’éthique professionnelle. Lorsque l’on se moque de l’histoire du pantalon à une jambe de J. Attali, ce n’est pas pour faire pareil dans son travail au quotidien, tout en affichant un discours dissident. Par contre, il est question pour les caisses de Kontre Kulture de plusieurs dizaines de milliers d’euros engrangés à moindre frais !

Cet article a pour but de dénoncer les pratiques honteuses de ce groupe de personnes malveillantes et ainsi avertir les nouveaux venus, afin qu’ils s’éloignent le plus loin possible de cette secte. Si vous êtes également dessinateur ayant participé à ce projet avec la même mauvaise expérience, n’hésitez pas à nous contacter ici.

On imagine que la réaction des sectateurs sera violente, comme de coutume, s’escrimant à discréditer l’adversaire par la diffamation, comme d’avoir recours à leur antienne favorite : « C’est les sionistes », « C’est la cellule des RG spéciale ER », « Ils sont jaloux »… ou je ne sais quelle autre sornette si peu crédible. Pour notre part, nous nous en tenons aux faits et seulement aux faits bien établis. Les pages de ce site sont ouvertes aux intéressés désireux d’apporter des précisions aux déclarations de Stiopa.


Echanges-courriels-2



VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)