C’est peut-être la plus belle démonstration que les covidistes sont fous ! Qui va payer cette facture ? Alors que la France est déjà surendettée à hauteur de 100 % de son PIB, comment est-il possible de laisser filer les déficits et la dette à ce point ? C’est criminel, c’est un suicide collectif qui aura des conséquences extrêmement graves. Tout ceci avec une surmortalité qui place la France dans le peloton des pays qui ont le moins bien géré la crise sanitaire. Tout ça pour ça !



Entre mesures d’urgence, de relance et baisse des recettes, le coût de crise sanitaire de 2020 à 2022 est vertigineux pour les caisses de l’État, a confié Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics, au Figaro

L’épidémie de coronavirus va laisser une profonde trace sur les finances publiques françaises. Pour lutter contre cette crise sanitaire, le gouvernement prévoit de consacrer la somme astronomique de 424 milliards d’euros entre 2020, 2021 et 2022. C’est l’équivalent de 20 % du Produit intérieur brut (PIB) de 2020!

Ce chiffre représente l’écart entre les déficits publics prévus avant la crise et ce qu’Olivier Dussopt, ministre en charge des comptes publics, a finalement inscrit dans le programme de stabilité qui sera envoyé à Bruxelles dans quelques jours. C’est, en d’autres termes, ce qu’il manquera dans les caisses de l’État par rapport à ce qui était attendu. Et le décalage est donc impressionnant.

L’essentiel de la facture va se répartir en 2020 et 2021. D’après les données désormais définitives de Bercy, le coût économique de l’épidémie, creusé l’année dernière par le très dur confinement du printemps, a atteint 158 milliards d’euros, répartis entre baisses de recettes fiscales et dépenses…

[…]


Photo d’illustration : Le premier ministre, Jean Castex, en visite dans un hôpital. PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le Figaro

13 avril 2021