oxford-statement-ramadan-tariq


Très curieuse gestion de ce scandale par l’université d’Oxford qui a caché l’information à ses étudiants et a même été obligée de mettre en place une cellule psychologique ! Tariq Ramadan a finalement été « mis en congé » suite à la pétition lancée contre lui. Rappelons que ce poste de professeur est totalement financé par ses amis du Qatar sans lesquels il n’existerait pas… Il n’est donc pas du tout question de compétence mais bien de propagande et de subversion. Seuls les gens doués de raison et libérés du fanatisme sectaire peuvent le comprendre.


La prestigieuse université affirme qu’elle souhaite permettre au professeur de « répondre aux accusations extrêmement graves portées contre lui ».

L’islamologue et théologien suisse, Tariq Ramadan, visé par deux plaintes pour viol en France et accusé d’abus sexuel sur des mineures en Suisse, est mis en congé de l’université d’Oxford, où il enseigne. L’université l’a annoncé ce mardi dans un communiqué.

« D’un commun accord et avec effet immédiat, Tariq Ramadan, professeur d’études islamiques contemporaines, a pris un congé de l’université d’Oxford », indique l’université.

Elle souligne que ce congé « n’implique aucune présomption ou acceptation de culpabilité et permet au professeur Ramadan de répondre aux accusations extrêmement graves portées contre lui ».

L’université d’Oxford, interpellée par ses étudiants, avait mis en place une cellule d’écoute. Tariq Ramadan enseignait au département d’études islamiques, dans le Centre du Moyen-Orient.

L’université dit avoir « toujours reconnu la gravité des allégations contre le professeur Ramadan, tout en soulignant l’importance de l’impartialité et des principes de justice et de procédure régulière ».

Viols et brutalités sexuelles

L’universitaire est visé par deux plaintes pour viol. Une ex-salafiste de 40 ans, Henda Ayari, l’accuse de viol en 2012. Une autre femme, Christelle, âgée de 42 ans, convertie à l’islam et souffrant d’un handicap aux jambes, a également déposé plainte pour viol et des faits de brutalité sexuelle.

Tariq Ramadan, 55 ans, petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, et brillant orateur, bénéficie d’une forte popularité dans les milieux musulmans conservateurs. Il est aussi très contesté, notamment dans les sphères laïques, qui voient en lui le tenant d’un islam politique.

Tariq Ramadan s’est défendu farouchement de ces accusations de viol en dénonçant sur sa page Facebook une « campagne de calomnie » qui fédère ses « ennemis de toujours ». Ce père de quatre enfants, marié depuis plus de 30 ans à une Française convertie s’est dit « serein et déterminé ».

Samedi, la Tribune de Genève a publié un long article consacré à quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan lorsqu’il enseignait le français et la philosophie à Genève entre 1984 et 2004.

Des témoignages en Suisse

Parmi ces quatre femmes, trois ont avoué avoir cédé à « l’emprise psychologique » de leur professeur et avoir eu des relations sexuelles avec lui, l’une à 15 ans et les deux autres à 18 ans. La quatrième, qui avait 14 ans à l’époque, évoque le harcèlement auquel elle a dû faire face.

Sur son compte Twitter, Tariq Ramadan a démenti « catégoriquement » ces allégations et annoncé le dépôt d’une plainte contre X pour diffamation.