Décidément le frère-la-truelle Alexandre Benalla n’a pas fini de faire parler de lui et d’humilier encore plus la France. Son existence démontre à quel point les élites qui gouvernent le pays sont décadentes, font preuve d’un amateurisme des plus choquant qui, si on n’y ajoute l’arrogance, nous réserve clairement de grandes  surprises dans un futur proche. Il est par contre extraordinairement choquant de voir tous ces journalistes professionnels grassement payés en grande partie par l’argent des contribuables – 2 milliards d’euros chaque année – ne jamais parler de l’appartenance maçonnique de Monsieur Alexandre Benalla alors que c’est essentiel à la compréhension de l’affaire surtout lorsqu’il est question de business africain ! Cette omission relève de la manipulation et de la tromperie, voire de la complicité.

Cette affaire du passeport diplomatique – et de l’autre passeport de service – de Monsieur Alexandre Benalla qui n’ont pas été restitués à l’Élysée, alors que ce dernier les a exigés fin août, est consternante de bêtise. Mais en réalité l’affaire est beaucoup plus grave car lorsque l’on fait une petite recherche concernant le mentor de Monsieur Benalla en Afrique, c’est-à-dire le Franco-israélien Philippe Hababou Salomon, on est pris de panique. Effectivement, c’est un escroc franco-israélien de haut vol condamné une bonne dizaine de fois par la justice et ayant à de nombreuses reprises été condamné à de la prison ferme. Il est lié à tout ce qu’il y a de plus détestable dans le réseau mafieux de la Françafrique maçonnique ! Il est copain ou associé avec Bernard Tapie, Balkany, Lotfi Belhadj, Paul Barril, A. Gaydamak, Me Thierry Hertzog… lié également au grand banditisme.



Mais en réalité c’est encore plus grave car si on n’y rajoute le cas de Michel « Mimi » Marchand, la conseillère médias du couple présidentiel depuis la campagne électorale de 2017, on se dit qu’il n’y a pas assez de Gilets jaunes dehors ! Qu’il devrait y en avoir beaucoup plus ! Après avoir lu le livre Mimi paru dernièrement aux éditions Grasset, on ne peut qu’être effrayé par le nombre incalculable de fois où cette dame a fait de la prison ou a été impliquée dans des affaires extrêmement louches : faux chèques, trafic de cannabis, grand banditisme, trafic de billets de coupe du monde de football, interdiction bancaire, émission de chèques sans provision, constitution d’une société étrangère dans le but d’investir l’argent frauduleux en France… Elle a aussi travaillé dans le milieu des boîtes de nuit parisiennes qui sont comme chacun le sait une vraie école du crime : proxénétisme, trafic de drogue, recel, cocaïne, banditisme… Comme pratiquement tout le monde qui travaille dans ce milieu, elle a été également indic de police.