La Garde des Sceaux actuelle vient de prouver son inefficacité et son incompétence crasse. Madame Belloubet qui a déjà fait preuve par le passé d’un dilettantisme choquant concernant sa déclaration de patrimoine fait semblant aujourd’hui de ne pas comprendre qu’il n’est pas question d’ingérence dans un dossier déjà ouvert mais bien de déclaration d’une infraction pénale grave au procureur de la république comme le permet l’article 40 du code de procédure pénale ! C’est même une obligation légale qui exige de tout magistrat ou tout membre d’une autorité constituée de déposer plainte et d’alerter le procureur dès qu’une infraction, un délit ou un crime est commis. Ce qui est interdit c’est d’essayer de manipuler une procédure en cours en essayant en général de la faire aboutir à un non-lieu !

Du coup, une question légitime se pose : pourquoi la ministre de la justice Madame Nicole Belloubet veut empêcher le déclenchement d’une procédure judiciaire en bonne et due forme concernant cette très grave affaire de réseau pédocriminel international ?! Son comportement ne fait que jeter encore plus d’huile sur le feu en donnant plus de forme à la notion de complot qui apparaît aujourd’hui au grand jour dans toute sa sauvagerie et sa violence.



La ministre de la Justice a déclaré que « les poursuites ne sont pas des décisions du gouvernement », alors que la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a réclamé l’ouverture d’une enquête en France sur Jeffrey Epstein.

L’affaire Jeffrey Epstein continue de faire couler beaucoup d’encre. Alors que le scandale monte aux États-Unis depuis le suicide du milliardaire américain en prison, l’histoire divise maintenant le gouvernement français. Ce lundi 12 août, dans l’après-midi, Nicole Belloubet a recadré ses collègues Marlène Schiappa et Adrien Taquet, qui demandent l’ouverture d’une enquête en France pour faire « toute la lumière ».

La ministre de la Justice, dans un message transmis à l’AFP, a répondu l’après-midi même : « Les poursuites ne sont pas des décisions du gouvernement. Depuis 2013, les instructions individuelles sont prohibées, conformément au principe d’indépendance de l’autorité judiciaire. »

Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, et son homologue au secrétariat d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Adrien Taquet, avaient réclamé l’ouverture d’une enquête en France ce lundi 8 août matin, indiquant que « l’enquête américaine a mis en lumière des liens avec la France. » …