Monsieur Alain Badiou qui avait déjà publié une Lettre ouverte à Alain Finkielkraut afin de démontrer à quel point il se trompait, récidive aujourd’hui en dénonçant la nouvelle supercherie médiatique de ce pseudo philosophe qu’il traite tout simplement d’imposteur !


La chasse des réseaux sociaux, des complotistes de tout genre, des enragés de l’Occident et de la race blanche est aujourd’hui ouverte contre, en particulier, mon amie de longue date, celle avec qui j’ai longtemps réalisé sur le net l’émission totalement libre « Contre-courant », notamment diffusée par Mediapart, et qui tente aujourd’hui d’échapper, à la direction de la rédaction du Média, au contrôle total du journalisme par les actionnaires du CAC 40.

Que s’est-il passé ?

L’homme qui a dit que l’équipe de France de foot comportait trop de nègres et qu’elle était à ce titre la risée de l’Europe ; l’homme qui a dit que les Noirs et les Arabes corrompaient les jeunes Blancs dans les banlieues ; l’homme qui a soutenu que la « mixité » raciale était une menace pour l’Europe ; l’homme qui a également soutenu qu’il ne fallait jamais dire de mal des États-Unis, sauf à provoquer un désastre de la « civilisation » ; l’homme qui maintient aujourd’hui encore que le colonialisme – des millions de morts, de déportés, de suppliciés, d’esclavagisés – a apporté en Afrique la dite « civilisation » : cet homme-là a trouvé un truc pour que lui, intellectuel bien blanc et bien réactionnaire, académicien du suprémacisme occidental, devienne l’image de la pauvre victime. Il a mis au point sa technique dès le mouvement Nuit Debout, en 2016 : il va rôder du côté de démonstrations publiques souvent sympathiques, mais dont le tort est, par « démocratisme » stérile, de ne pas contrôler qui est là, qui est un réel participant à ce qui se passe, et qui est un infiltré, un policier ou un fascisant ; et du coup, de n’avoir pas les moyens de neutraliser les provocateurs.

Exploitant cette faiblesse, le promeneur Finkielkraut devient l’instrument complaisant, réjoui, de provocateurs antisémites et fascisants, ou de déchaînés obtus de la violence, infiltrés, comme lui, dans une protestation collective légitime, mais que son désordre individualiste affaiblit sans remède. L’académicien promeneur se réjouit de la présence de ces parasites, qui le supplicient verbalement, le couvrent des sobriquets infâmes issus de leurs convictions fascisantes, et lui permettent ainsi, en retour, de cracher son venin sur la part populaire et activement anti-gouvernementale de la démonstration en cours. Après quoi, pauvre offensé, il appelle au secours les médias – largement, il faut le dire, vendus à sa cause. Et puis, finalement – il faut bien ça pour assurer le salut d’un tel bijou venu des profondeurs abyssales de la pire réaction – il se fait introniser par toute une partie du personnel politique et du gouvernement en place comme drapeau de la défense de la démocratie et de la « civilisation » (dont nous savons ce qu’elle recouvre), sans oublier l’État d’Israël, dont pourtant bien des actions ne semblent ni très démocratiques, ni particulièrement civilisées, ni même clairement exemptes d’un certain racisme anti-arabe. Mais ces écarts sont sans doute, pour notre imposteur, d’authentiques obligations pour que l’emportent, à la fin, les inégalables vertus occidentales.

Je voudrais dire au passage que, très malheureusement, les procédés de notre imposteur sont extrêmement actifs sur les fameux « réseaux sociaux » où l’on observe l’afflux parasitaire de cochonneries diverses, tout comme le faisaient autrefois les très pénibles « rumeurs ». Tout cela pour le plus énorme profit des milliardaires qui possèdent ces réseaux. Il serait temps de comprendre que la politique a pour noyau véritable la bonne vieille réunion, où l’on discute collectivement, en face à face, et de boycotter au niveau mondial les réseaux tels qu’ils existent, ruinant ainsi au passage toute une clique de milliardaires, ce qui n’est pas un plaisir à dédaigner.

En attendant, je veux assurer toutes les victimes, directes ou indirectes, de la jactance du parasite haineux des manifestations progressistes de mon amical soutien, à commencer par Aude Lancelin.


Photo d’illustration : Alain Finkielkraut, le 8 septembre 2015 _ Crédits : Renaud Camus / Flickr

Alain Badiou

Le Media