Alexandre Benalla aux côtés d’Emmanuel Macron, le 24 février 2018, au Salon de l’agriculture, à Paris. (STEPHANE MAHE / AFP)

Si vous ne croyez pas encore à la surpuissance de la mafia maçonnique en France, il suffit de lire cet article et de constater que même les petites mains de l’Élysée appartiennent aux loges. Il ne s’agit pas seulement des ministres et des directeurs de cabinet, cela va bien plus loin, puisque, apparemment, même une petite secrétaire ou un homme de main doit appartenir à la secte des « enfants de la veuve » !


Les deux hommes sont mis en examen après avoir été filmés en train de frapper des manifestants le 1er mai à Paris. 

La commission d’enquête sénatoriale cherche notamment à déterminer précisément les missions qu’a exercées Alexandre Benalla à l’Élysée.

Il avait finalement accepté de se rendre devant les sénateurs s’il y était invité. C’est désormais chose faite : Alexandre Benalla est officiellement convoqué, le 19 septembre, devant la commission d’enquête du Sénat, a annoncé l’AFP jeudi 13 septembre. L’ancien réserviste Vincent Crase, présent lors des interpellations controversées du 1er mai 2018, est aussi convoqué. Leur convocation officielle précise qu’Alexandre Benalla est convoqué à 8h30 et Vincent Crase à 10h30. Les deux hommes, filmés en train de molester des manifestants le 1er mai à Paris, sont mis en examen, notamment pour « violences en réunion ».

L’ancien chargé de mission d’Emmanuel Macron a beaucoup tergiversé avant d’accepter de répondre aux questions des sénateurs.

Il a d’ailleurs expliqué, dans un communiqué et une interview à France Inter, qu’il s’y rendrait parce qu’il y était « contraint ». Alexandre Benalla a également prévenu qu’il ne répondrait pas aux questions « qui intéressent la justice ».

La commission d’enquête sénatoriale cherche à déterminer précisément les missions qu’a exercées Alexandre Benalla à l’Élysée, notamment s’il interférait dans la protection du président, cette mission de sécurité étant dévolue à des unités d’élite de la police et de la gendarmerie.


avatarfranceinfo