Après avoir constaté sur les réseaux sociaux une campagne populaire massive contre la venue de Castex et sa délégation, ces derniers ont préféré annulé ce qui aurait été une humiliation monumentale et historique. Il faut dire que La France joue un jeu dangereux en protégeant les membres de la qu’ils soient politiciens militaires. De nombreux délinquants, ex ministre ou généraux, ont acheté des biens immobiliers de luxe en France avec de l’argent volé aux trésors algériens avec la complicité de l’Élysée.

C’est une cinglante défaite de la junte militaire, une énième déroute qui démontre que seul le peuple est souverain et peut imposer sa volonté.


Officiellement, la visite de Jean Castex en Algérie est annulée pour raisons sanitaires, officieusement c’est pour des raisons diplomatiques.

Une visite du Premier ministre français à Alger, prévue dimanche et perçue comme un signe de réchauffement entre les deux pays aux relations complexes, a été reportée sine die jeudi, officiellement pour cause sanitaire, mais pour raisons diplomatiques, selon des sources proches du dossier. « L’épidémie de Covid-19 ne permettant pas à ces délégations de se retrouver dans des conditions pleinement satisfaisantes », ont annoncé les services de Jean Castex.

Le comité intergouvernemental franco-algérien, cadre prévu pour cette rencontre, « est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable », ont ajouté les services du Premier ministre. Mais en fait, de sources concordantes françaises et algériennes, le format de la délégation française, réduit en raison de l’épidémie, a été jugé insuffisant par les autorités hôtes, mécontentes, ce qui a précipité cette annulation tardive.

Une visite trop courte au goût d’Alger

« Le format de la délégation n’est pas à la hauteur » selon Alger, a ainsi indiqué une source française ayant connaissance du dossier. « La visite à été réduite à une seule journée et la délégation à quatre ministres. C’est un sous-format alors qu’il y avait beaucoup de dossiers bilatéraux à étudier », a confirmé une source algérienne. La visite du Premier ministre français devait marquer une nouvelle étape dans le réchauffement bilatéral engagé par les présidents Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune.

Les deux pays entretiennent des relations tumultueuses depuis des décennies, fruit de l’histoire coloniale et de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962). En France comme en Algérie, cette histoire partagée est un sujet sensible pour une frange importante de la population. Emmanuel Macron, premier président français né après la guerre d’Algérie, a fait certains gestes d’ouverture pour tenter d’apaiser cette relation, comme par exemple la reconnaissance de l’assassinat d’un militant indépendantiste, ou encore une ouverture des archives françaises de la période de la guerre. Les initiatives d’Emmanuel Macron font partie des recommandations mémorielles de l’historien Benjamin Stora dont le rapport a été critiqué en Algérie parce qu’il ne préconise pas notamment des « excuses » de Paris.

Pas de réunion depuis 2017

La réunion de dimanche avait pour but de tenir pour la première fois depuis décembre 2017 un « Comité intergouvernemental de haut niveau », co-présidée par Jean Castex et son homologue Abdelaziz Djerad, afin de faire le point notamment sur la coopération économique entre les deux pays. Le mouvement de protestation populaire du « Hirak » qui a conduit à la chute du président Abdelaziz Bouteflika en 2019, la crise sanitaire, mais aussi l’état de santé du président Tebboune, n’ont pas permis la tenue récente d’une nouvelle édition de ce CIHN.

En préambule à la visite désormais reportée, le chef d’État major des armées français, le général François Lecointre, a été lui reçu à Alger jeudi par le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) Saïd Chanegriha pour un déplacement non annoncé au cours duquel le militaire algérien a sollicité l’assistance de Paris pour la « réhabilitation » des sites des essais nucléaires français au Sahara il y a soixante ans.


Photo d’illustration : Le Premier ministre Jean Castex, à Nantes le 26 février 2021. — Mathieu Pattier/SIPA

20 Minutes avec AFP

9 avril 2021