Allo Emmanuel ! Y a quelqu’un ?!! Un gamin de 10 ans condamné à mort pour avoir manifesté contre votre allié et ami MBS, le boucher de Riadh, le dépeceur de journaliste ! On fait comment ? Un p’tit communiqué de condamnation, des portraits géants sur la façade de la mairie de Paris… pourquoi pas des sanctions ? À moins que ce genre d’actions de solidarité ne concernent que les femmes qui veulent se dévoiler et porter une mini jupe et non les opposants au régime tyrannique des Saoud !


Un adolescent saoudien détenu depuis plus de quatre ans sans inculpation est passible de la peine de mort pour les actes qu’il est accusé d’avoir commis alors qu’il n’avait que dix ans, selon des groupes de défense des droits humains.

Murtaja Qureiris, âgée de 18 ans maintenant, serait sous le coup d’une condamnation à mort pour ce que ces groupes ont qualifié de violation la plus flagrante au monde des protections juridiques des enfants.

« Il y a peu de violations plus graves du droit international que l’exécution d’un enfant », a déclaré Maya Foa, directrice de Reprieve, l’un des groupes de défense des droits de l’homme. Elle a déclaré qu’en demandant la peine de mort pour Murtaja, « le régime saoudien fait part de son impunité au monde ». Le défendeur a été arrêté à 13 ans et est en prison depuis. Les accusations portées contre lui, environ trois ans avant son arrestation, sont liées à sa participation à des manifestations antigouvernementales et incluent la possession d’une arme à feu et l’adhésion à une organisation terroriste.

L’Organisation européenne des droits de l’homme en Arabie saoudite, qui surveille l’affaire depuis des années, a déclaré la semaine dernière qu’elle avait confirmé pour la première fois que le parquet saoudien avait accusé Murtaja en août 2018 pour avoir participé aux manifestations et requis son exécution. Le groupe saoudien de défense des droits de l’homme a également déclaré que Murtaja avait été détenu pendant des années sans inculpation, d’abord en isolement cellulaire et sans avoir accès à un avocat, avant d’être contraint à des aveux. Amnesty International a confirmé que le parquet avait requis la peine de mort pour Murtaja lors de son procès en août 2018.

Les exécutions – souvent par décapitation – sont courantes en Arabie saoudite et les groupes de défense des droits disent qu’elles surviennent après des années d’emprisonnement, de torture et de simulacre de procès. Mais il serait même extraordinaire que l’Arabie saoudite décapite une personne accusée d’actes commis alors qu’elle était encore un enfant. L’ambassade saoudienne à Washington n’a pas fait de commentaire immédiat sur ce cas. La monarchie saoudienne a longtemps défendu le recours intensif à la peine de mort. En réponse aux questions posées par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme en 2017 concernant les exécutions, le gouvernement saoudien a déclaré que la peine de mort « ne peut être appliquée que pour les infractions les plus graves et soit soumise aux contrôles les plus stricts ». Mais des groupes de défense des droits disent que la peine de mort est demandée pour les infractions mineures et que les groupes minoritaires et les militants qui défient le gouvernement sont punis.

« Il ne devrait pas y avoir de doute sur le fait que les autorités saoudiennes sont prêtes à tout faire pour réprimer la dissidence contre leurs propres citoyens, y compris en recourant à la peine de mort pour les hommes qui n’étaient que des garçons au moment de leur arrestation », a déclaré le président. Lynn Maalouf, directrice de la recherche pour le Moyen-Orient chez Amnesty International. Elle a déclaré qu’il était « épouvantable » que les autorités saoudiennes réclament la peine de mort pour avoir notamment participé à des manifestations alors qu’elle était encore enfant. Murtaja, membre de la minorité chiite du pays, a été arrêté en septembre 2014, selon l’organisation saoudienne européenne pour les droits de l’homme, qui a publié jeudi un rapport détaillé sur l’affaire. La monarchie saoudienne adhère à une version conservatrice de l’islam connue sous le nom de wahhabisme, qui est enracinée dans les normes sociales, le gouvernement et le système judiciaire du pays. Et le gouvernement a souvent été accusé de persécution de chiites en Arabie saoudite, à majorité sunnite. CNN a publié des vidéos de Murtaja conduisant une foule d’autres enfants lors d’une manifestation à vélo en 2011. Il avait 10 ans à l’époque. C’était l’apogée des soulèvements du Printemps arabe qui ont balayé le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et des manifestations avaient envahi les provinces orientales à majorité chiite de l’Arabie saoudite. Ces manifestations se sont souvent soldées par des effusions de sang ou des arrestations massives. Murtaja vient d’une famille de militants de la province de Qatif, située dans l’est de l’Arabie saoudite et à majorité chiite. Son frère aîné, Ali Qureiris, a été tué alors qu’il participait à une manifestation en 2011. La première audience de l’accusé a eu lieu en août 2018, près de quatre ans après sa détention. Il s’est tenu devant le tribunal pénal spécialisé du pays, un tribunal antiterroriste créé en 2008 et de plus en plus utilisé pour poursuivre les défenseurs des droits de l’homme et les manifestants. Sa prochaine audience pourrait être dans quelques semaines.


Megan Specia

The New York Times

9 juin 2019
Titre original :
Traduit de l’anglais par : Lelibrepenseur.org