L‘entreprise Atos s’envole en bourse grâce à la mise en place des pass sanitaires. Comme par hasard, en 2020 l’ex-premier ministre Édouard Philippe a été élu au conseil d’administration de cette entreprise aux 110 000 salariés sur 73 pays et 11,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires ! Il y a également dans ce conseil d’administration Thierry Breton qui en est le président-directeur général, ex ministre de l’économie et des finances de Sarkozy et actuel commissaire européen ! En d’autres termes, vous avez disant politique membre de l’exécutif qui prenne des décisions politiques qui vont faire exploser les chiffres d’affaires des entreprises pour lesquelles ils sont dans les conseils d’administration ! L’entreprise a versé 2,4 milliards de dividendes en actions en 2019, on imagine que ce chiffre explosera en 2020 puis 2021 ! On aimerait bien d’ailleurs savoir quelles sont les compétences de Monsieur Édouard Philippe dans une entreprise du numérique et de l’informatique étant donnée sa formation en tant que diplômé de l’IEP et de l’ENA ! En réalité, il n’est pas question ici d’embaucher des compétences techniques mais des carnets d’adresses et des pouvoirs d’influence afin de faciliter les commandes et multiplier les milliards de dividendes.

Bien entendu, vous pourrez remarquer également que les actionnaires d’Atos sont toujours les mêmes : The Vanguard Group, BlackRock Fund Advisors, Norges Bank Investment Management… les mêmes que ceux de Big Pharma dont Pfizer par exemple !

Nous sommes clairement dans le pur conflit d’intérêts avec des sommes d’argent extraordinairement élevées voire astronomiques. Nous avons ici des entreprises qui ont des chiffres d’affaires et des capitalisations boursières plus importantes que certaines nations occidentales ! Ces gens ont du pouvoir, un pouvoir immense et ils comptent l’augmenter encore et encore…



Actionnaires d’Atos en 2019 :







Selon le site internet DealReporter, la SSII pourrait intéresser des fonds d’investissement tels que Cinven, KKR, Advent et Bain.

Atos a subitement décollé peu avant 16 heures, en hausse de plus de 10%, au-delà des 42 euros, en réaction à des informations relayées par l’agence Bloomberg selon lesquelles la société de services informatiques ferait l’objet d’un intérêt de la part de …


Denis Lantoine

Les Échos Investir

6 août 2021