Nous allons démontrer chronologiquement comment le gouvernement ment effrontément et quotidiennement aux Français en faisant adopter des textes qui disent une chose pour pratiquer sur le terrain une politique sanitaire totalement contraire. Nous allons donc lire l’avis du Conseil scientifique du 6 juillet dernier, ensuite l’avis du Conseil d’État du 19 juillet pour finir par la décision du Conseil constitutionnel du 5 août concernant la mise en place et l’extension du domaine d’application du pass sanitaire.

Nous allons donc commencer par l’avis du conseil scientifique qui a début juillet publié le texte suivant à la page 6 concernant la politique sanitaire : « Elle peut être conduite, en partenariat avec les différents acteurs locaux et associatifs, et doit viser à expliquer sans juger ni imposer. » Pourtant, la mise en place du pass sanitaire est une obligation déguisée via un chantage immonde.

Ensuite ce sera au tour du Conseil d’État qui va publier un avis le 19 juillet dernier dans lequel il affirmera dans le point 13 ce qui suit : « Le Conseil d’Etat souligne ainsi que l’application du « passe sanitaire » à chacune des activités pour lesquelles il est envisagé de l’appliquer doit être justifiée par l’intérêt spécifique de la mesure pour limiter la propagation de l’épidémie, au vu des critères mentionnés précédemment et non par un objectif qui consisterait à inciter les personnes concernées à se faire vacciner. »

Pour finir, le Conseil constitutionnel va prendre une décision le 5 août dernier affirmant que toutes les décisions prises par le gouvernement n’ont pas pour objectif d’imposer la vaccination : « Ainsi, ces dispositions n’instaurent, en tout état de cause, ni obligation de soin ni obligation de vaccination. »

Pourtant, absolument tout le monde sait que la mise en place de ce pass sanitaire est un harcèlement quotidien des Français pour les obliger à se faire vacciner puisque certains n’auront plus le droit de travailler, n’auront donc plus de salaire et n’auront même pas droit aux indemnités chômage ! Sur tous les plateaux télé nous pouvons entendre distinctement les chroniqueurs expliquer que cette politique a été mise en place pour inciter les gens à se faire vacciner ; même des ministres membres du gouvernement osent le dire clairement ! Le cas de Jean-Baptiste Djebbari dans une déclaration qui a fait la une de plusieurs journaux : « L’objectif du pass sanitaire dans les transports, c’est l’incitation à la vaccination et la préservation de la liberté » !

Comment est-il possible de mépriser à ce point toutes les institutions de l’État, sans oublier bien entendu le peuple souverain ! Nous pouvons donc le confirmer : nous ne sommes plus dans un État de droit en France aujourd’hui.


Afin d’appuyer ces affirmations, faut-il rappeler à nos lecteurs que les Français se rendent compte de ce chaos général, ceci est démontré par le taux extrêmement élevé d’abstentionnistes à chaque élection. Nous pouvons ajouter à cela le peu de crédit que donne le peuple aux politiciens ainsi qu’aux médias avec des taux de confiance plus bas chaque année qui passe. Faut-il ajouter le récent rapport du The Economist qui explique à quel point la France chute dans le classement mondial des démocraties.





Sources des textes :



1- Avis du Conseil scientifique du 6 juillet 2021 : ici.

2- Avis du Conseil d’état du 19 juillet 2021 : ici.

3- Décision du Conseil constitutionnel du 5 août 2021 : ici.