Analyse fort intéressante et assez juste sur la propagande de pinkwashing concernant la candidature du queer Bilal Hassani à l’Eurovision.


Bilal est le Roi (des c***)

Bilal Hassani a un hater de longue date, un malotru qui a tweeté un peu avant le 19 août 1662 « Le moi est haïssable. Si je le hais, c’est parce qu’il est injuste qu’il se fasse centre de tout, et je le haïrai toujours. En un mot, le moi a deux qualités ; il est injuste en soi, en ce qu’il se fait le centre de tout ; il est incommode aux autres, en ce qu’il les veut asservir ; car chaque moi est l’ennemi, et voudrait être le tyran de tous les autres. » Comment peut-on tolérer que circulent encore sur la toile les « tweets » immondes, fétides, nauséabondes beurk de ce… Blaise Pascal ?

Comment se fait-il qu’ils n’aient pas été encore tous supprimés ? Quoi, on a même imprimé dans la Pléiade cette incitation à la haine? Quoi, on l’étudie même à l’école ? Décidément, la France est encore un pays de barbares. Mais on doit s’identifier à quoi ou à qui quand on écoute Bilal ? Il s’agit d’adopter son complexe de Peter Pan. Quand Bilal dit « je suis moi », il nous dit aussi « restez aussi infantile que moi ». Avec Bilal, on est aux antipodes de Rimbaud, qui proclamait que « Je est un Autre ».

Or « reste toi-même, ne grandis pas », c’est le pire conseil que l’on puisse donner à quelqu’un dans la vie. Il n’y a rien de plus stérilisant et de plus bête que de refuser de sortir de soi-même, de s’aduler et de se proclamer roi. Le monde est plein d’imbéciles qui ont suivi ce conseil diabolique et qui ont cru en eux et en leurs rêves malgré les avis bienveillants de ceux qui essayaient de les aider. Car il y a des avis extérieurs qu’on ferait mieux d’écouter. Les autres ne nous veulent pas forcément le mal, quand ils nous disent « fais comme ci, fais comme ça ». Ils ne veulent pas nous mettre des bâtons dans les roues et nous empêcher d’accomplir notre vocation. Parfois ils veulent tout simplement nous détourner d’une impasse, d’une obsession qui nous détruit.

Il n’y a rien de pire pour un artiste et pour un homme, que de croire en lui-même, au lieu de croire en la vérité. Il n’y a rien de plus stérilisant pour un homme que de choisir son moi au lieu de choisir quelqu’un de plus grand que lui à admirer. Un artiste nous amène ailleurs si et seulement si, il est lui-même sorti de sa bulle narcissique et qu’il contemple autre chose que son nombril.

Alors, quand il dit « je », le véritable artiste nous transporte véritablement dans un autre univers. ****** Si vous aimez ce que je fais, sachez que la création d’une vidéo demande beaucoup de travail. Soutenez-moi ici : https://www.patreon.com/user?u=10343614


Radu Stoenescu