Alors que le bankster Macron nous explique qu’il est impossible d’augmenter les salaires tout en affirmant que le Brexit est un désastre économique pour les Britanniques, la réalité est tout autre, sachant que c’est bien Boris Johnson qui vient d’augmenter de plus de 6 % les salaires minimums tout en affirmant sa position antieuropéenne et pro Brexit. Dans la vie il y a la théorie et la pratique et il semble que la pratique économique de Boris Johnson soit en train d’humilier les théories absurdes des européistes.


Cela constitue « la plus forte augmentation en valeur » depuis la création en 2016 du salaire minimum sous sa forme actuelle, touché par 2,8 millions de Britanniques, selon un communiqué de l’administration du Premier ministre Boris Johnson.

La hausse annoncée représente quatre fois le taux annuel d’inflation de novembre (1,5%). Le pouvoir d’achat avait été mis sous pression par l’accélération de la hausse des prix après le référendum du Brexit en 2016, qui a pesé sur la monnaie britannique. La tendance s’est modérée ces derniers mois.

Trois semaines avant cette décision du gouvernement, les élections législatives au Royaume-Uni avaient donné leur plus forte majorité parlementaire aux conservateurs depuis Margaret Thatcher dans les années 1980. Le parti de Boris Johnson a ravi des sièges détenus depuis des décennies par les travaillistes dans le centre et le nord de l’Angleterre, dans des régions autrefois ouvrières et défavorisées, très majoritairement favorables au Brexit…