Il y a quelques jours à peine , Frédéric Beigbeder s’excusait à qui voulait l’entendre d’avoir négligé et minimisé la dangerosité du pédocriminel Gabriel Matzneff ; effectivement Frédéric Beigbeder était transi devant l’ogre chasseur d’enfants ! Il était un membre zélé de l’association des amis de Gabriel Matzneff et avait écrit d’ailleurs en 2004 un texte intitulé « Il faut sauver le soldat Matzneff » ! Rappelons aussi l’existence de la vidéo que vous allez pouvoir voir ci-dessous, où justement Gabriel Matzneff est filmé par Thierry Ardisson et dans laquelle ils expliquent que le prédateur allait coucher avec une gamine de 12 ans !

Curieusement, il récidive aujourd’hui en se portant au secours d’un autre pédocriminel, Roman Polanski. Il n’y va pas de main morte puisqu’il va s’attaquer avec violence aussi bien à Florence Foresti qu’à Adèle Haenel. Ce cocaïnomane dégénéré et gerbant, n’a rien trouvé d’autre à faire que de défendre un violeur d’enfants et de femmes. Tout ceci bien sûr en minimisant le courage de tous ceux qui se sont levés contre l’omerta Polanski alors que tous savent qu’il faut un énorme courage pour un acteur de se lever contre ces géants de l’industrie cinématographique au risque de mettre promptement un terme à sa carrière.

Frédéric Beigbeder n’est rien d’autre qu’un autre porc appartenant à la porcherie du cinéma et des César, un être vil et pleutre qui n’a jamais brillé par son courage ou son audace. Un être qui ne serait pas capable d’écrire deux pages sans sniffer son rail de cocaïne ! Il est l’illustration même de la décadence et de la dégénérescence de la caste germanopratine parisienne qui finira dans les poubelles de l’histoire.

Ajoutons à cela que ce genre de déclaration ne fera qu’accroître le trouble à l’ordre public car tous ces viols sont commis sur des enfants du peuple ; il se peut qu’un jour, ce dernier exige des comptes…



L’écrivain a réagi très vivement sur Europe 1 à la cérémonie des César. Il considère qu’une « meute de hyènes » s’est attaquée au cinéaste, qui, pour la justice suisse, rappelle-t-il, a « purgé sa peine ».

« Cette chronique n’engage que vous », a pris soin de préciser le journaliste Matthieu Noël après avoir entendu le billet de Frédéric Beigbeder sur Europe 1 ce jeudi. C’est dire si les propos tenus par l’écrivain à propos de l’attitude de Florence Foresti et Adèle Haenel durant la cérémonie des Césars à l’égard de Roman Polanski vont faire bondir les ligues féministes.

Frédéric Beigbeder a souhaité commenter la polémique. Selon lui, Florence Foresti et ceux qui sont montés sur scène – parmi eux, on le devine, Aïssa Maïga – avaient l’allure d’« une meute de hyènes en roues libres ». Et le romancier, qui signait au début de l’année un ouvrage sur la dictature du rire s’agace qu’une cérémonie normalement dédiée au cinéma se soit transformée en une succession de « sketchs pas drôles ».

« Florence Foresti ne connaît rien au cinéma »

À l’égard de la maîtresse de cérémonie, ses mots sont acides. « Florence Foresti, qui s’est fait connaître en faisant des imitations costumées chez Laurent Ruquier, se prend pour une grande intellectuelle qui donne son opinion sur le bien et le mal ». L’écrivain n’a pas supporté que les multiples allusions à l’affaire Polanski soient formulées par quelqu’un « qui ne connaît rien ni au cinéma ni au droit pénal ».

Frédéric Beigbeder rappelle que « le Tribunal fédéral suisse a jugé, lui, que Roman Polanski a purgé sa peine ». L’auteur fait référence à la demande d’extradition formulée par les États-Unis et refusée par la Suisse en 2010. La justice américaine n’avait pas envoyé un procès-verbal qui visait à savoir si, comme l’expliquait la ministre de la justice helvète, « les 42 jours que Roman Polanski avait passés dans la division psychiatrique d’une prison californienne couvraient la totalité de la peine d’emprisonnement qu’il devait exécuter ». La Suisse avait ainsi rendu sa pleine liberté au réalisateur.




Benjamin Puech

Le Figaro

5 mars 2020