direction-du-pcf-affirme-prendre-le-probleme-tres-au-serieux-jpg
La direction du PCF affirme prendre le problème très au sérieux © MAXPPP/ xavier de torres

C’est vraiment catastrophique, lamentable et dégoûtant. C’est à se demander s’il y a des hommes normaux sur cette planète, capables de retenir leurs mains et leurs langues et ne prenant pas les femmes pour des objets sexuels…


Samedi, « Le Monde » publie plusieurs témoignages d’agressions sexuelles et de harcèlement, survenus depuis plusieurs années, au sein du mouvement.  

Après le monde du cinéma, celui des médias, puis les révélations à l’Unef, les Jeunesses communistes de France voient, elles aussi, la parole des femmes se libérer. Selon une enquête du Monde , samedi, plusieurs militantes ont été victimes depuis des années de harcèlement et d’agressions sexuelles. Le quotidien a recueilli plusieurs témoignages en ce sens. Aude, 19 ans à l’époque, explique ainsi qu’elle a été sexuellement agressée par un militant à l’occasion d’une soirée arrosée des Jeunesses communistes. « Il glissait ses mains sous mon pull (…) Je l’ai repoussé », affirme-t-elle.

L’homme en question a été convoqué par le secrétaire fédéral en décembre 2017, précise Le Monde, plus d’un an après les faits. Il a été suspendu de ses fonctions. Le cas d’Aude n’est pas le seul. Le quotidien publie plusieurs témoignages relatant des agressions similaires, voire plus violentes. Une ancienne responsable des MJCF a porté plainte en novembre 2017 après un viol. Dans les colonnes du journal, elle affirme que son agresseur est un militant encore membre du PCF en 2015. « C’est un mec violent. S’il se reconnaît, je sais qu’il va s’en prendre à moi », confie-t-elle.

La parole réduite au silence

Depuis la naissance du mouvement #balancetonporc, les dirigeants des Jeunesses communistes affirment que plusieurs « affaires sont en cours ». « On s’est rendu compte que lors de soirées militantes, de camps d’été, ou d’événements nationaux, il se passe des choses inacceptables », confirme au Monde Camille Lainé, secrétaire nationale des MJCF. Pour autant, précise le journal, dénoncer ou accuser un camarade n’est pas chose aisée, même dans un mouvement revendiquant son féminisme.

Le quotidien raconte ainsi que les militantes osant prendre la parole se font facilement rabaisser. « Après avoir parlé sur des baisers forcés ou des mains au cul, on m’a dit ‘t’es une femme, ça va t’arriver, faut te blinder’ », avoue Cécilia, membre de la direction du mouvement entre 2012 et 2016. Mathias, ancien membre de la direction lui aussi, insiste. « En interne, on vit dans le mythe que la société est pourrie mais pas nous. Ça pouvait exister à l’Unef mais pas chez les communistes ».

La réponse du PCF

La direction du Parti communiste affirme qu’il y a « du travail à faire » sur la question du consentement, au sein du mouvement. Des initiatives sont en train d’être mises en place : un livret a été distribué aux animateurs de section du parti, une référente ainsi qu’une boîte mail permettront prochainement aux adhérentes de se confier. Le Monde précise par ailleurs que plusieurs fédérations, dont celles de Paris, du Val-de-Marne, du Nord et de Gironde, ont été priées de « faire le ménage ». Plusieurs agresseurs ont depuis été écartés des Jeunesses Communistes.

Mais certains doutent de l’efficacité de ces mesures. « On renvoie ça aux responsables de fédérations mais c’est un leurre, car comme ils connaissent les militants mis en cause, ils ont tendance à étouffer l’affaire », déplore Hélène Bidard, adjointe à la mairie de Paris. Pierre Laurent affirme lui, selon le quotidien, que des mesures seront prises pour se débarrasser des agresseurs. « Nous avons réalisé qu’il fallait une procédure nationale. Pour le moment, cela dépend encore trop des volontés locales ».


Le Point [Six médias]