Ce n’est pas du tout une rumeur, puisque c’est une information tout ce qu’il y a de plus officiel qui provient du JDD et qui confirme que Christophe Castaner a fricoté avec un des bras droits du célèbre voyou marseillais Tany Zampa qui était lui-même un agent de Charles Pasqua. Il est quand même sidérant d’avoir aujourd’hui au ministère de l’intérieur une personnalité qui a fricoté avec le milieu marseillais de la pègre lorsqu’il avait 20 ans !

Certes, a-t-on le droit de commettre des erreurs de jeunesse, mais nous sommes en droit de nous poser des questions sérieuses concernant ce personnage important du régime actuel qui de surcroît piétine l’État de droit et la loi, et essaie d’intimider les Gilets jaunes, en les qualifiant tous de complices des casseurs, incluant ainsi les plus pacifistes d’entre eux qui représentent l’écrasante majorité !



Un post Facebook reproche à Christophe Castaner d’avoir côtoyé une figure du grand banditisme.

L’information provient d’un article du JDD.

Question posée par Fabien le 20/11/2018

Bonjour,

Vous avez été plusieurs à nous interpeller sur un post Facebook partagé des dizaines de milliers de fois sur Christophe Castaner. On y voit le ministre de l’intérieur, coupe mulet et chemise ouverte sur gourmette et torse poilu. La légende, reprochant à Castaner sa fermeté contre les barrages de gilets jaunes non déclarés, rappelle : « n’oubliez pas que celui qui veut nous donner des ordres est un ancien voyou ».



Vous nous demandez si ce passé de « voyou » est vrai. Précisons d’abord que l’image d’illustration est un photomontage. Sur la photo d’origine, Castaner porte bien une coupe mulet et une chaîne mais sa chemise est bleue et fermée sous sa veste. L’image avait été déterrée par le magazine du monde M en novembre 2017, dans une chronique décryptant les styles des politiques.

Elle a ensuite été reprise en juin dernier, pour illustrer un portrait du Journal du Dimanche. Intitulé dans la version papier « Castaner, les années kéké » (et « les erreurs de jeunesse de Christophe Castaner » dans sa version web), l’article revient sur les années voyous du ministre de l’Intérieur, et indique en effet dès l’accroche son amitié avec Christian Oraison. Voici les premières lignes du papier : « Christian Oraison, dit « le Grand Blond ». Si ce nom ne vous dit rien, sachez juste que cet homme, un caïd des Alpes-de-Haute-­Provence, a été abattu de plusieurs balles de 9 millimètres, une nuit d’août 2008, alors qu’il ­s’apprêtait à rentrer chez lui. Le « Grand Blond » avait été formé par ­Gaëtan Zampa, l’un des parrains du Marseille des années 1970. Et, fait beaucoup moins connu, c’était un proche de Christophe ­Castaner, l’actuel ministre des Relations avec le Parlement. « Oraison, c’était mon grand frère, mon protecteur. Il m’appelait l’étudiant », confirme le chef d’En marche, le parti présidentiel.»

Le ministre ne s’est en réalité jamais caché de ses erreurs de jeunesse, et cette information a été largement reprise au moment de sa nomination à Beauvau. Au JDD, il évoquait ainsi avoir « été sur le fil du rasoir ». Un an plus tôt, c’est Libération qui évoquait ce passé « interlope » dans un portrait. Notre collègue Guillaume Gendron écrivait :

« Après avoir claqué la porte du domicile familial à 17 ans – il arrive toujours un moment où l’enfant devient plus fort que le père et le laisse « sec sur le carreau » -, il se…

Photo d’illustration : Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, le 30 octobre 2018 à l’Élysée – Photo LUDOVIC MARIN. AFP

Pauline Moullot – Libération