Le frère de Christophe Castaner, ministre de l’intérieur d’Emmanuel Macron, n’a pas hésité à traiter son frère de con comme un âne après l’affaire des photos volées lors de sa virée nocturne en boîte de nuit avec une maîtresse ! Qui peut le contredire ?


Dans le livre Le kéké de la République, en vente en libraire, le frère de Christophe Castaner revient sur l’épisode de la boîte de nuit.

Il n’a pas épargné l’actuel ministre de l’Intérieur.

Le livre Le kéké de la République est sorti  en librairie ce jeudi 27 février. Dans cet ouvrage, les journalistes Jeremy Marot et Pauline Théveniaud, retracent le parcours et s’intéressent au caractère de Christophe Castaner. Les deux auteurs ont même recueilli le témoignage de Serge Castaner,  le frère de l’homme politique. Ce dernier a donné son avis sur les différentes polémiques autour de son aîné, rapporte Femme Actuelle.

Le livre raconte la jeunesse de Christophe Castaner, ses débuts au PS et s’attarde sur ses frasques de ministre. Le premier flic de France avait ainsi été aperçu et filmé au Noto, une boite de nuit parisienne, en 2019. Les vidéos montraient le politique accompagné d’une femme pendant une bonne partie de la soirée, ce qui avait porté un coup à la réputation de celui-ci.

 « Trop fatigué pour être lucide »

Serge Castaner ne s’est pas montré tendre envers son frère cadet, au moment de commenter ces événements. « S’il s’est fait piéger comme cela, c’est qu’il n’est plus capable de se défendre, trop fatigué pour être lucide » à d’abord réagi l’aîné du ministre. « Si tu n’es pas capable de te douter qu’il y avait 25 portables autour de toi, c’est que tu as dépassé les limites et que tu n’es plus capable de te protéger », poursuit même ce dernier.

Serge Castaner s’est finalement fendu d’une déclaration fracassante : « Soit il faut être ivre mort, soit con comme un âne. Mon frère ne boit pas ». L’ancien membre du parti socialiste serait lui habitué à ce genre d’attaques indique Femme actuelle. Le magazine parle de plusieurs recadrages de la part d’Emmanuel Macron, concernant les sorties nocturnes de son fidèle.


Léo Goltzmann

Planet.fr
28 février 2020