Jamel Debbouze, le 1er décembre 2013 à Marrakech (Maroc). (AHMED ISMAIL / ANADOLU AGENCY / AFP)

C’est vraiment la fin du monde, la fin d’une civilisation, car lorsqu’on en arrive à vouloir placer à des postes de secrétaire d’État des humoristes et des clowns c’est qu’il n’y a plus d’espoir. Quoique Jamel Debbouze ne devrait pas être le pire à avoir été nommé ce poste puisque nous avons déjà Marlène Schiappa qui est réellement un mystère !


« Si je vous en dis plus, on ne retiendra que ça », indique l’humoriste au « JDD ».

Jamel Debbouze au gouvernement ? Cela aurait pu arriver. L’humoriste confie avoir récemment décliné un poste de secrétaire d’État. Sans donner l’intitulé du poste ni préciser si cela concerne le gouvernement d’Édouard Philippe. « Si je vous en dis plus, on ne retiendra que ça », indique seulement l’humoriste, dans un entretien au Journal du dimanche, publié dimanche 29 juillet. Il estime aussi qu’il « fait le boulot des ministères de la Culture, de la Jeunesse et du Travail » avec son Jamel Comedy Club.

« Je m’y ennuierais à mourir »

Ce n’est pas la première fois que l’humoriste est sollicité. En octobre 2017, il avait déjà indiqué avoir refusé un poste, sans préciser quel président lui avait proposé. « Ce n’est évidemment pas mon métier, parce que je m’y ennuierais à mourir, parce que c’est là où je serais le moins efficace, le plus figé et le plus critiqué » avait-il expliqué sur RMC. Jamel Debbouze a préféré se consacrer à son retour sur scène avec son spectacle Maintenant ou Jamel.


avatarfranceinfo