On imagine que les Checkeurs de Libé ou les Décorateurs du Monde vont qualifier ces universitaires d’odieux complotistes ! Cette affaire est très grave car il s’agit de corruption d’universitaires qui a eu pour conséquence l’empoisonnement des populations mondiales avec une boisson ultra sucrée extrêmement dangereuse pour la santé : obésité, diabète… il est question de millions de morts !


Coca-Cola démasqué.

Des universitaires ont révélé le financement par l’entreprise américaine de chercheurs qui avaient pour mission de minimiser l’impact des boissons sucrées ou de la mauvaise alimentation sur l’épidémie d’obésité aux États-Unis.

Les résultats de l’enquête ont été publiés dans le Public Health Nutrition par des scientifiques notamment issus des universités d’Oxford et de Bocconi à Milan. Ils ont épluché plus de 18.000 pages d’échanges de mails entre la société Coca-Cola basée à Atlanta et les universités de Virginie et du Colorado.

Ces deux établissements faisaient partie du Global Energy Balance Network (GEBN), une organisation à but non lucratif fondée en 2014, qui avait comme but de mener des études sur les causes de l’obésité aux États-Unis.

Mettre en avant le manque d’exercice 

Ces chercheurs dénoncent aujourd’hui la société Coca-Cola Inc. Cette dernière demandait de mettre en avant le manque d’exercice, plutôt que l’influence d’une mauvaise alimentation ou de la consommation de sucre, comme principal responsable de l’obésité américaine.

L’étude montre également comment Coca-Cola a tenté de dissimuler son rôle de donateur de l’association et les montants investis. Les scientifiques ont également découvert que l’association tentait de diluer l’emprise de Coca-Cola en gonflant le nombre de destinataires dans les chaînes.

Selon le rapport des universitaires, l’entreprise américaine a directement financé la GEBN à hauteur d’1,5 million de dollars et distribué plusieurs millions à des chercheurs affiliés à l’association afin de mener ces « recherches ».

« C’est un avertissement sur les dangers d’accepter le financement des entreprises pour le travail de santé publique », a regretté auprès du Guardian Gary Ruskin, directeur de l’US Right to Know, qui a également participé à l’enquête.


Photo d’illustration : Coca-Cola a payé des universitaires pour minimiser l’impact des boissons sucrées dans l’obésité aux États-Unis. Photo d’illustration [Eric PIERMONT / AFP]

 CNEWS

5 août 2020