C’est véritablement une hystérie collective qui rend les gens complètement cinglés, car comment est-il possible d’expliquer qu’un employé qui travaille dans une entreprise depuis 20 ans puisse être licencié pour si peu ? Il est vrai que nous vivons en France, le pays qui emprisonne ceux qui refusent de porter le masque au bout de la troisième contravention dressée en moins de 30 jours !


L’homme a expliqué souffrir de problèmes respiratoires, son ancien employeur se défend

Il travaillait comme cariste depuis une vingtaine d’années dans une société de pose de fenêtres installée à Briec, près de Quimper (Finistère). Le 28 mai, il a enlevé son masque alors qu’il était au travail. Sa direction l’a vu et l’a licencié, rapporte Le Télégramme. Le salarié et le syndicat Force ouvrière contestent. La direction s’explique.

Pour justifier son geste, l’ancien salarié explique avoir voulu « respirer un peu », lui qui souffre d’asthme. Il assure qu’il se trouvait à l’extérieur des bâtiments et que personne ne se trouvait à moins de 150 mètres.

Un licenciement injustifié ?

Interrogé par le quotidien breton, le patron de la société qui emploie 200 personnes assure avoir vu son salarié sans masque dans l’enceinte même du bâtiment, ce qui était interdit depuis le 22 avril et l’obligation du port d’une protection instaurée par l’entreprise pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.


L’ancien salarié s’est rapproché du syndicat Force ouvrière, qui dénonce un licenciement injustifié. Le conseil des prud’hommes a été saisi pour examiner la légalité de la rupture du contrat de travail.