Petit rappel concernant les déclarations malencontreuses d’Emmanuel Macron lors d’une visite dans un hôpital en pleine crise du système de santé français où il affirmait à une infirmière que l’on ne pouvait pas financer ce déficit avec de « l’argent magique ». Pourtant, avec la crise du Coronavirus, Emmanuel Macron a débloqué 25 milliards d’euros, la BCE de Christine Lagarde a injecté 120 milliards pour soutenir l’économie sans oublier la Federal Reserve américaine qui injecte 150 milliards de dollars « par jour » pour ne pas voir s’écrouler son modèle économique, tel un château de cartes.

Gouverner c’est prévoir disait Émile de Girardin, gouverner c’est se préparer au pire surtout lorsque l’on a les moyens de le faire. Tout le monde peut constater que les différents gouvernements qui se sont succédé en France n’ont jamais gouverné mais ont juste détruit tout ce qu’ils touchaient. L’hôpital public n’a pas à fonctionner avec une occupation de 100 % des lits. Ce mode de fonctionnement à flux tendu a causé les 15 000 morts lors de la canicule de 2005 ! Il a également causé de nombreuses morts à chaque épidémie de grippe depuis des années lorsque les couloirs des urgences se retrouvent encombrés de brancards du fait qu’il n’y a plus de lits dans les services ! C’est ce mode de fonctionnement criminel qui sera responsable du nombre de morts au cours de cette épidémie de Coronavirus et non le virus lui-même. Lorsqu’on nous informe que la France possède à peine trois lits de réanimation pour 1000 personnes alors que d’autres pays nordiques où le Japon avoisinent les sept lits, on comprend que la situation sera compliquée à gérer.

Mais ce qui est extrêmement gênant, c’est le fait de constater que les moyens existent, l’argent est disponible, le personnel qualifié nombreux mais malheureusement la machine a été cassée par une très mauvaise gestion politique dont nous connaissons les responsables.