GARO/PHANIE

Il n’est pas sûr que cette façon de faire soit légale car il est question de cotisations sociales des salariés et des chefs d’entreprise, mais comme nos politiciens ont un mépris étonnant de la loi et qu’ils s’illustrent régulièrement par leur incompétence crasse, au lieu de réparer et moderniser les hôpitaux actuels qui sont dans un état lamentable comme le grand hôpital de la Timone à Marseille, ces dizaines de milliards iront dans les poches des banksters afin de payer encore plus d’usure sur la dette…


À partir de 2019, les excédents dégagés par les administrations de la Sécurité sociale seront désormais plafonnés.

Les surplus engrangés permettront de réduire le déficit de l’État.

Les sommes atteintes sont évaluées en 2022 à 24 milliards d’euros, selon le dernier rapport de la Cour des comptes « La situation et les perspectives des finances publiques ». Alors qu’on parle sans cesse du trou de la Sécu, d’où viennent ces soldes positifs ? Le déficit global de la Sécurité sociale s’est élevé « seulement » en 2018 à moins de 300 millions d’euros au lieu des 2,2 milliards attendus.

Cette amélioration est due à une croissance plus importante. Ainsi, en 2018, l’excédent passe de 0,2 point à 0,7 point de PIB. Au final, avec ce seul déficit de 500 millions d’euros et les trois branches bénéficiaires (vieillesse, famille, accidents du travail), les comptes affichent un résultat positif de 2,5 milliards. En conséquence, les excédents prévisionnels sont importants et vont augmenter : 3,3 milliards en 2019, 7,7 milliards en 2020.

D’où le projet de plafonner ces surplus à partir de 2019 [« Cette hausse est supposée être stoppée. »] Et de les retransférer pour réduire le déficit de l’État. La Cour reste pourtant critique sur la façon dont les transferts entre les budgets de la Sécu et de l’Etat ont lieu : « Ils sont constants et ne sont pas toujours d’une grande clarté. » D’où la remise d’un rapport prochainement au parlement par le Gouvernement pour en préciser les leviers susceptibles d’être utilisés.


Arnaud Janin|

Source : Decision-sante.com