Encore une fois, ceci est la preuve qu’il n’est pas question ici de médecine et de science mais de pur charlatanisme. Étant donné que la première et la deuxième injection ne fonctionnent pas, les autorités et les médecins corrompus par Big Pharma sont en train de pousser les malades immunodéprimés à se faire injecter une troisième, quatrième… et pourquoi pas 150e dose de vaccin ! Car c’est bien connu : 0 + 0 + 0 + 0 + 0… = 1 !



Les personnes sévèrement immunodéprimées se voient déjà proposer une troisième dose de vaccin contre le Covid-19, face à une réponse de protection des anticorps insuffisante contre la maladie.

Mais dans certains cas, une quatrième dose pourrait même être recommandée.

Particulièrement touchées par la pandémie de Covid-19, les personnes immunodéprimées ont un risque élevé de développer une forme grave de la maladie. Elles ont donc fait partie des premières personnes éligibles à la vaccination, vue comme une source d’espoir pour un retour à la vie normale. Mais celle-ci n’aurait cependant pas les résultats escomptés.

La double dose de vaccin contre le coronavirus serait en effet insuffisante chez les personnes sévèrement immunodéprimées, comme l’a expliqué le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV), dans son avis du 6 avril.

« Des incertitudes » pour certains patients

« Il existe des incertitudes quant à l’efficacité de la vaccination chez ces personnes. Des données récentes ont montré que la réponse immunitaire anticorps suscitée après deux doses de vaccin était insuffisante […] Un défaut de production d’anticorps a été observé notamment chez les personnes transplantées, les patients dialysés, les patients atteints de maladies auto-immunes et certains patients atteints d’hémopathies malignes », a indiqué le COSV.

L’injection systématique d’une troisième dose de vaccin a alors été recommandée pour les personnes sévèrement immunodéprimée, « quatre semaines après la deuxième dose ou dès que possible pour les personnes qui ont déjà dépassé ce délai ».


Des signes encourageants

Les résultats préliminaires des effets d’une troisième dose, encore non-publiés, ont montré depuis des signes encourageants. « Une partie des personnes immunodéprimées sévères qui n’avaient pas d’anticorps après la deuxième injection disposent d’anticorps après la troisième injection. Cela montre une efficacité », avance Yvanie Caillé, fondatrice de Renaloo (association de patients atteints de maladies rénales) et membre du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale.

Une possible quatrième dose envisagée

Dans les semaines à venir, un nouvel avis devrait être publié pour une « personnalisation » de la réponse médicale après la troisième dose. Une réflexion est notamment engagée pour recommander une quatrième dose de vaccin dans certains cas. « Pour ceux qui ont une réponse d’anticorps jugée trop faible, il est probable qu’une quatrième dose soit envisagée », précise Yvanie Caillé.


Photo d’illustration : une soignante préparant une dose de vaccin anti-Covid-19 dans un Centre au Mans, le 20 avril 2021 – Eddy Lemaistre / Ouest-France

Valentin DAVODEAU.

Ouest-France

8 juin 2021