Alors qu’un grand nombre de banquiers auraient dû finir sur le bûcher pour avoir détruit l’économie du monde entier après la crise des subprimes de 2008, la CEDH ou Cour européenne des droits de l’homme a eu le culot de condamner l’Islande pour manque d’impartialité alors que c’est le seul pays à avoir eu le courage de juger sévèrement ses banksters. Est-il utile de rappeler à nos lecteurs français qu’absolument aucun bankster hexagonal n’a passé ne serait-ce qu’une seule nuit en prison, malgré le carnage de la crise de 2008 et les milliards d’euros disparus !


La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné mardi l’Islande pour le manque d’impartialité d’un juge dans le procès d’anciens banquiers islandais condamnés pour leur rôle dans la crise financière de 2008.

La CEDH a considéré « unanimement qu’il y avait eu violation de l’article 6 (droit à un procès équitable) à cause du manque d’impartialité d’un juge », selon un communiqué de la cour.

En 2008, l’Islande, écrasée par le poids de son système financier hypertrophié, nationalisait dans l’urgence trois banques en faillite (Kaupthing, Glitnir, Landsbanki) et appelait le Fonds monétaire international (FMI) à la rescousse. Cette crise bancaire mit au jour les pratiques des banquiers qui surévaluaient…


Photo d’illustration : crise bancaire : la CEDH condamne l’Islande pour le manque d’impartialité d’un juge – Boursorama

Le Figaro / AFP

4 juin 2019