Article intéressant à lire afin d’éviter la consommation des fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides dont les conséquences à long terme sont très sérieuses.


Selon l’ONG Générations futures, près de 72 % des fruits et 43 % des légumes non-bio consommés en France contiennent des résidus de pesticides.

L’association a publié ce jeudi un rapport portant sur la période 2012-2017.

Plus de 71% des fruits et 43% de légumes non bio consommés en France contiennent des résidus de pesticides, selon un rapport portant sur les années 2012-17 publié ce jeudi par l’ONG Générations futures. L’association, qui actualise un premier bilan publié début 2018, se base sur des chiffres de la direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF). 18 fruits et 32 légumes ont été retenus car ils ont fait l’objet d’analyses menées pendant au moins 5 ans.

« Sur les six années, ce sont en moyenne 71,9 % des échantillons de fruits qui contenaient des résidus de pesticides, avec 2,9% de dépassement de la « limite maximale en résidus (LMR) », note l’ONG dans un communiqué. Les LMR sont les seuils légaux européens ne devant pas être dépassés. « Pour les légumes, la moyenne est de 43,3 % des échantillons concernés (par des résidus) et 3,4% de dépassement de LMR », ajoute Générations futures. Des conclusions assez similaires à celles relevées 18 mois plus tôt.


Le maïs doux et les asperges relativement épargnés

Du côté des fruits, la situation est particulièrement critique pour les cerises (89% des échantillons avec résidus), les clémentines et mandarines (88,1%), le raisin (87,3%), les pamplemousses/pomelos (86,3%), les pêches et nectarines (82,9%), les fraises (82,9%), les oranges (81,2%). Les moins concernés sont les prunes et mirabelles (50,8%)


Photo d’illustration : plus de 86 % des pamplemousses/pomelos contiennent des résidus de pesticides contre 25,8 % pour les kiwis. | PHOTO D’ILLUSTRATION

Ouest France – AFP