Il est inquiétant de constater qu’un homme qui tue une dame en pensant avoir tué le diable en personne soit considéré comme normal et sain d’esprit ! C’est très triste pour la famille et cela ne pourra pas soulager son chagrin mais il est dur de nier les faits ! Feu le Dr Angré Gernez parlait déjà de la dangerosité du cannabis et du risque de schizophrénie et autres pathologies mentales auxquels sa consommation assidue et inconsidérée expose… Mais non, la société moderne veut légaliser cette drogue qu’elle considère comme inoffensive !


L a justice a déclaré Kobili Traoré, alors sous l’emprise du cannabis, irresponsable du meurtre de cette sexagénaire juive.

Le meurtrier présumé de Sarah Halimi ne sera donc pas jugé. Kobili Traoré, 29 ans, accusé du meurtre de cette sexagénaire juive défenestrée à Paris en 2017, a été déclaré, jeudi, pénalement irresponsable par la cour d’appel de Paris. Avocats de différents membres de la famille de la victime, qui réclamaient un procès aux assises, Mes Gilles-William Goldnadel et Francis Szpiner dénoncent une « décision scandaleuse » et forment tous deux un pourvoi en cassation.

« J’ai tué le sheitan ! » (le démon, en arabe), avait hurlé Kobili Traoré en voyant le corps de sa victime écrasé au sol, trois étages plus bas. Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris, il s’était introduit chez sa voisine de 65 ans, dans un immeuble HLM du quartier populaire de Belleville. Aux cris d’« Allah Akbar ! », entrecoupés d’insultes et de versets du Coran, ce jeune musulman, consommateur régulier de drogue depuis son adolescence, l’avait rouée de coups sur son balcon avant de la précipiter dans la cour.

Traoré racontera avoir ressenti « des bouffées d’angoisse » depuis la veille, se sentant « comme possédé par une force démoniaque ». L’homme n’avait cependant aucun antécédent psychiatrique. Est-ce la dizaine de joints qu’il dit avoir fumés ce jour-là ? Trois expertises psychiatriques concordaient pour affirmer que le suspect avait agi lors d’une…


Photo d’illustration : la cour d’appel de Paris siège dans l’ancien palais de justice de l’île de la Cité. Aude Bariéty

Le Figaro
19 décembre 2019