Comme toujours, les livres des professeurs Debré et Even sur les dérives de la médecine moderne, ainsi que les escroqueries de Big Pharma, sont essentiels à la compréhension des faits et on ne peut qu’en conseiller la lecture. Il s’agit en l’occurrence de la dangerosité de molécules pharmaceutiques très toxiques, les antidépresseurs qu’un très grand nombre de Français ingurgitent quotidiennement.

Leur dernier livre, Dépression, antidépresseurs : le guide est important à lire car il intéresse tout de même des  millions de Français, sachant que nous sommes les plus grands consommateurs de ces psychotropes/neuroleptiques aux effets secondaires lourds et parfois dévastateurs, voire mortels ! C’est une dépense d’au moins 2 milliards par an ! Rappelons juste le cas du Prozac, à base de fluor, que l’industrie a osé appeler « la pilule du bonheur » et qui, rappelons-le, a entraîné des… suicides !

Nous reviendrons ici dès que possible avec une analyse détaillée du livre dès sa réception et sa lecture.


Les antidépresseurs, de dangereuses drogues ?

Par Jean-Victor Blanc, psychiatre, praticien hospitalier, chargé de cours en faculté de médecine, Sorbonne Université

Nombre d’idées fausses circulent sur la dépression et ses traitements. Souvent considérés comme dangereux ou inutiles, les médicaments antidépresseurs inspirent la méfiance. Résultat, nombre de personnes en souffrance n’accèdent pas à des soins qui les soulageraient.

À l’occasion de la sortie du livre « Dépressions, antidépresseurs : le guide », des professeurs Bernard Debré et Philippe Even, les propos de ce dernier sur la prise en charge des troubles dépressifs font polémique. Si certaines idées développées dans cet ouvrage sont très intéressantes (comme améliorer l’accès à la psychothérapie), culpabiliser les patients qui ont le courage de se faire soigner n’améliorera probablement pas la prise en charge de la santé mentale…