Il est vraiment extrêmement préoccupant d’avoir à constater qu’il aura fallu attendre pour certains 2020 avant de comprendre que les syndicats du type CFDT ou CGT étaient totalement infiltrés par les lobbys et donc soumis au gouvernement ! Faut-il rappeler que Monsieur Martinez de la CGT avait appelé en 2017 à voter pour Emmanuel Macron. Faut-il également rappeler que la CGT n’a jamais manifesté avec les gilets jaunes alors que ces derniers avaient exactement les mêmes revendications. Nous avons également eu à connaître depuis très longtemps de nombreux scandales qui démontrent à quel point les directions des syndicats se gavent avec l’argent du contribuable car oui, les syndicats sont financés par l’État. Du coup, comment voulez-vous être certains de leur indépendance. Sans oublier bien sûr l’énorme scandale de l’UIMM qui a démontré comment le patronat avait acheté la paix sociale avec des valises de billets de banque que Monsieur Denis Gautier-Sauvagnac retirait régulièrement et distribuait à ses obligés…


Le projet de réforme des retraites sans l’âge pivot est présenté vendredi en Conseil des ministres.

Une victoire pour la CFDT, qui depuis quelque temps fait face au départ de ses cotisants.

La plupart des syndicats ont appelé à une septième manifestation nationale pour s’opposer à la réforme des retraites, vendredi 24 janvier. Mais du côté de la CFDT, premier syndicat français, c’est le silence radio. Dans la matinée, le gouvernement présente son projet de loi de réforme des retraites, sans la notion d’âge pivot de 64 ans, en Conseil des ministres. Un retrait provisoire annoncé le 11 janvier par le Premier ministre Edouard Philippe et salué comme « une victoire pour tous les salariés » par Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, dès le lendemain.

Depuis le début de l’année, 5 000 adhérents ont quitté le syndicat, selon les chiffres de la CFDT. A l’instar de Sophie*, Michel et Christophe, cette réaction du dirigeant a poussé certains de ces démissionnaires à prendre cette décision.

« Berger n’est pas honnête intellectuellement »

« CFDT et gouvernement, même combat. Je vais rendre ma carte », condamne ainsi Franc. Que ce soit sur Twitter ou Facebook, il fait partie de ceux qui ont décidé de partager leur décision de quitter la CFDT, qui revendique 621 274 adhérents sur l’année 2018.



« Moi dès lundi c’est fait. Je quitte ces collabos », renchérit Biker Lco.

Michel Tanner@MichelTannerFr

Je rends ma carte CFDT (comme on dit)
Et j’espère que de nombreux adhérents feront de même

Biker Lco@BikerLco

Moi dès lundi c’est fait. Je quitte ces collabos


De l’intention jusqu’à l’action, Christine a fait le pas.



Une décision partagée par Michel, 63 ans, syndicaliste dans l’« âme » : « Laurent Berger n’est pas honnête intellectuellement. » Cet ancien cégétiste est arrivé à la CFDT « par défaut ». Il n’a jamais été favorable aux positions d’un syndicat réformiste comme la CFDT : pour lui, le « on négocie d’abord puis on manifeste après » n’a jamais permis d’obtenir d’avancées sociales. Or c’était la seule section présente au sein de son entreprise, qui « faisait du bon boulot en local », reconnaît le Nancéen. Mais aujourd’hui la méthode Berger ne passe plus.

« Il se positionne comme un sauveur avec le soi-disant retrait de l’âge pivot. Mais il ne s’est pas du tout impliqué dans le mouvement. Depuis le début, il manipule les foules. »  Michel, ancien adhérent CFDT à franceinfo

Ce futur retraité ne pensait pas que son message annonçant qu’il rendait sa carte de la CFDT, publié le 11 janvier 2020 sur Twitter, remporterait un tel succès.

Michel Tanner@MichelTannerFr

Je rends ma carte CFDT (comme on dit)
Et j’espère que de nombreux adhérents feront de même


Christophe, 53 ans, explique, lui, que c’est le gouvernement qui l’a amené à quitter la CFDT. Ce professeur d’EPS dans un collège privé en Mayenne est arrivé…


Photo d’illustration : manifestation contre la réforme des retraites, le 14 janvier 2020 à Montauban (Tarn-et-Garonne). (PATRICIA HUCHOT-BOISSIER / HANS LUCAS)

avatarGuillemette Jeannot

France Télévisions

24 janvier 2020