Voici le début d’un énorme scandale sanitaire catastrophique. Bien entendu, les autorités vont nier l’évidence et affirmer que ces troubles menstruels n’ont rien à voir avec la vaccination et c’est un simple et malheureux concours de circonstances… Sinon, c’est juste dans vos têtes car vous êtes influençables, tout ceci n’est pas réel.


Le ministère de la Santé affirme qu’il y a très peu de rapports sur de tels effets secondaires du vaccin COVID de Pfizer et qu’il serait « difficile » d’établir un lien direct. 

Plusieurs femmes israéliennes qui ont reçu le vaccin contre le coronavirus ont publié sur les réseaux sociaux ces derniers jours qu’elles avaient des cycles menstruels irréguliers et des saignements vaginaux anormaux.

Le ministère de la Santé a reçu des rapports similaires de 13 femmes disant que leurs règles arrivaient tôt, tandis que d’autres ont signalé des saignements irréguliers entre leurs menstruations.
Le comité de surveillance des vaccins du ministère de la Santé a discuté de la question mercredi et a déclaré qu’il ferait un suivi sur la question pour comprendre s’il existe un lien entre le vaccin et les phénomènes signalés.
Les saignements vaginaux n’étaient pas un effet secondaire signalé dans les essais cliniques de Pfizer, et jusqu’à il y a plusieurs jours, aucun incident de ce type n’avait été signalé depuis le lancement de la campagne de vaccination d’Israël à la fin du mois de décembre.
Les femmes de moins de 45 ans n’étaient pas officiellement éligibles pour recevoir le vaccin avant la fin du mois de janvier, et même alors, la campagne a été étendue à celles qui avaient au moins 40 ans. Début février, les personnes de plus de 35 ans et plus étaient éligibles au vaccin, et peu de temps après, les personnes âgées de 19 à 35 ans ont également été incluses.
Le ministère de la Santé a déclaré qu’il y avait très peu de rapports faisant état de tels effets secondaires et que « c’est un phénomène difficile à attribuer à la réception d’un vaccin, étant donné qu’il existe un large éventail de facteurs qui influencent la régularité d’une période menstruelle, y compris stress, nutrition… Cependant, comme tout autre symptôme qui apparaît à côté d’un vaccin, nous allons faire un suivi et enquêter sur la question. »
Dans un article publié il y a quelques jours sur le groupe Facebook en hébreu « Parler de vaccinations », une femme a demandé s’il pouvait y avoir un lien entre les saignements menstruels et le vaccin COVID-19. « Dans un groupe de femmes dans lequel je fais partie, un nombre considérable de femmes ont eu des saignements après les vaccinations et moi aussi. Est-ce un phénomène connu ? » elle a demandé.
Un certain nombre de femmes ont répondu qu’elles avaient vécu des expériences similaires. « Mes règles sont également arrivées environ une semaine plus tôt après la deuxième dose », a répondu un membre du groupe. Une autre a écrit que ses règles sont arrivées plusieurs jours plus tôt même si ses règles sont généralement régulières.
« Cela fait deux jours depuis ma deuxième dose, et j’ai commencé à saigner maintenant. Mes règles sont toujours à l’heure et elles se sont terminées il y a une semaine », a déclaré une femme à Haaretz.
Le professeur Roni Maimon, qui préside la Société israélienne d’obstétrique et de gynécologie, a déclaré à Haaretz qu’il ne voyait pas de lien physiologique ou endocrinologique entre les deux. « Même d’après mes conversations avec des collègues de la communauté scientifique, nous n’avons pas l’impression qu’il existe un tel lien et nous n’avons trouvé aucune corroboration », a-t-il déclaré.
« D’un autre côté, je peux penser à de nombreuses raisons qui pourraient affecter une chronologie hormonale et provoquer des changements dans les règles, telles que des changements dans le cycle de réveil et de sommeil, la peur et la tension et d’autres perturbations sur notre chemin de la vie. »
Edva Lotan, directrice du groupe de santé à but non lucratif Mida’at et membre du comité de surveillance des vaccins du ministère de la Santé, a déclaré à Haaretz qu’à ce stade, il est impossible de savoir s’il existe un lien car des irrégularités du cycle menstruel se produisent régulièrement.

Elle a dit qu’il était également possible que ce soit simplement le résultat de distorsions psychologiques liées à ce qu’elle a appelé la loi des grands nombres. « Lorsqu’un grand nombre de femmes en âge de procréer se font vacciner en même temps, au moment où quelqu’un constate le phénomène de saignement comme lié à la vaccination, d’autres commencent également à voir le lien », a-t-elle déclaré.

Elle a toutefois ajouté : « Il est très important de surveiller cela. Même s’il s’avère qu’il y a une sorte de connexion, cela ne signifie pas nécessairement qu’il y a un problème ou une raison [de ne pas se faire vacciner], « comme un mal de tête comme effet secondaire qui n’empêche pas les gens de se faire vacciner.
« D’une manière ou d’une autre, le système doit être attentif et traiter sérieusement les informations faisant état d’un tel phénomène », a ajouté Lotan.

Au moins jusqu’à récemment, les organisations de maintien de la santé du pays n’avaient pas reçu de rapports établissant un lien entre les saignements menstruels et le vaccin. Il est possible que les gynécologues reçoivent de tels rapports et qu’ils soient ensuite signalés par les HMO.

La surveillance des effets secondaires est principalement le travail des HMO et des hôpitaux du pays, en partie du fait que le formulaire en ligne que le ministère de la Santé tient à jour sur le sujet est anonyme. Cela signifie que le suivi d’un patient signalant un tel symptôme au ministère en ligne est possible.

Photo d’illustration : un centre de vaccination à Rahat, dans le sud d’Israël, mardi. Crédits: Eliyahu Hershkovitz

Ido Efrati

Haaretz

18 février 2021

Titre de l’article original en anglais : Some Vaccinated Israeli Women Report Irregular Menstrual Cycles, Bleeding

Traduction : Lelibrepenseur.org avec Google