Alors que la mafia germanopratine politico-médiatique ne parle que du voile musulman depuis 15 jours quasi quotidiennement en organisant des centaines de débats, les hommes et femmes politiques continuent de patauger dans de sales affaires judiciaires comme on a pu le constater avec le couple Balkany de Levallois-Perret ou maintenant Madame Rachida Dati dans l’affaire Carlos Ghosn, ou bien l’ex-Grand Maître du Grand Orient et copain de Sarkozy et de Valls, M. Alain Bauer…

Bien sûr, on devine déjà la stratégie de défense qui consistera à crier au « complot » et à la déstabilisation politique comme toujours.


L’enquête, ouverte pour « abus de biens sociaux » et « corruption », porte sur des prestations de conseils conclues par Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer avec la filiale néerlandaise de l’alliance Renault-Nissan.

Le bureau et le domicile de la maire du 7arrondissement de Paris Rachida Dati ont fait l’objet de perquisitions dans le cadre de l’enquête sur ses contrats de conseil auprès d’une filiale de Renault-Nissan, a-t-on appris mercredi 23 octobre de source proche du dossier, confirmant une information de « l’Express ».

Ces perquisitions ont eu lieu mardi à son domicile parisien et dans son bureau de la mairie, à l’initiative des juges d’instruction qui ont repris cet été l’enquête initiée le 31 mai par le parquet national financier sur ce volet annexe de l’affaire Carlos Ghosn, selon cette source.

L’enquête, ouverte pour « abus de biens sociaux » et « corruption », porte sur des prestations de conseils conclues par Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer avec la filiale néerlandaise de l’alliance Renault-Nissan, RNBV, lorsque Carlos Ghosn était encore le PDG du groupe automobile. Elle avait été déclenchée par une plainte déposée le 17 avril par une actionnaire de Renault contre ces trois personnes et l’épouse de Carlos Ghosn.

L’avocat de la plaignante, Me Jean-Paul Baduel, avait fait état de « soupçons » sur « l’usage inconsidéré des fonds de Renault » par son ancien PDG. « Les contrats sont douteux de par leurs montants, effectués au profit d’une filiale n’ayant aucun salarié », avait-il assuré à l’AFP.

Selon une source proche du dossier, l’ancienne garde des Sceaux (qui nie toute irrégularité) aurait touché 900 000 euros d’honoraires en tant qu’avocate entre 2010 et 2012. Alain Bauer aurait quant à lui touché un million d’euros entre 2012 et 2016 pour des activités de consultant dont il défend aussi la régularité.

Une « intention de nuire évidente »

Lorsque « l’Express » avait annoncé mi-octobre que des juges d’instruction avaient repris l’enquête, les avocats de Rachida Dati…


Photo d’illustration : Rachida Dati brigue sa réélection à la mairie du 7e arrondissement de Paris. (JOEL SAGET / AFP)

L'Obs

AFP

23 octobre 2019