Parfait, ça continue. Ils assuraient tous que le taux de réussite était au dessus de 90% et que les vaccins permettaient de se prémunir des formes graves. Il semble clair ici que ça ne marche pas. À quoi bon pousser à la vaccination alors que les doubles vaccinés meurent !



Intrigante épidémie de Covid au sein de la maison de repos « Nos Tayons » à Nivelles en Belgique. Qui interroge les scientifiques.

L’établissement belge a vu une vague de résidents infectés malgré une vaccination complète conduite avec double dose en janvier de cette année. Selon la directrice Anne-Catherine Roobaert que nous avons contactée, « la phase critique est derrière nous ».
La moitié des résidents vaccinés ont été infectés et 12 décès.
« À ce jour, le bilan est le suivant : près de la moitié des 117 résidents complètement vaccinés en janvier (vaccin Pfizer) ont été infectés entre mai et juin, explique la directrice. Ce sont 55 résidents qui ont été touchés dont 52 des 117 vaccinés (44%). Malheureusement, nous avons 12 personnes vaccinées qui sont décédées et encore 2 personnes diabétiques en situation instable actuellement hospitalisées. Le bilan est donc très sérieux et interroge »
On sait bien que la vaccination n’est jamais protectrice à 100% mais dans le cas de cet établissement, on est loin de ce qui est annoncé. L’expérience de Nivelles en est la preuve. C’est le variant indien qui a été identifié majoritairement chez ces personnes âgées.

Les soignants aussi

Trois des quatre personnes non vaccinées (75%) ont été touchées mais sans conséquences graves pour elles : l’une d’entre elles est asymptomatique et une autre est actuellement sous oxygène, mais va bien.
Les visites des familles avaient repris et un bon nombre de résidents se sentaient en sécurité et se retrouvaient dans les salles communes et en salle de repas collectif : dès les premiers cas, le 17 mai, ces mesures ont été suspendues et un confinement a été mis en place précise Anne-Catherine Roobaert.
Du côté des soignants, 20 personnes environ ont également été contaminées parmi les 135 personnels de l’établissement dont 60 % d’entre elles étaient également majoritairement vaccinées par le vaccin Pfizer et Astra Zeneca pour quelques-unes.

Questions sur les vaccins

Une couverture vaccinale de 60% des soignants au contact avec les résidents était obtenue, ce qui peut paraître insuffisant. L’insuffisante couverture vaccinale du personnel soignant est sans doute le premier « trou dans la raquette ».
Les gestes barrières comme le lavage des mains très perfectible dans la population générale et chez les visiteurs et le port du masque restent également des axes forts de la protection des vulnérables.
Concrètement, les experts s’intéressent maintenant aux conditions dans lesquelles les vaccins ont été conservés et administrés. Des analyses de la qualité de l’air sont également réalisées en coordination avec le Professeur Emmanuel André : des équipements ont été installés à cet effet et les résultats vont être bientôt révélés.

Résultats encourageants

« Un traçage plus approfondi va être réalisé pour savoir d’où peut provenir le patient zéro, ajoute Anne-Catherine Roobaert. De plus, nous continuons à tester. Les résidents et le personnel subiront un test sérologique aujourd’hui et nous effectuerons deux tests PCR par semaine jusqu’à ce que nous n’ayons plus de nouveaux cas. »
Les derniers tests PCR réalisés la semaine dernière ont donné des résultats encourageants. Parmi les résidents qui ont été négatifs jusqu’à présent, seuls deux ont cette fois-ci été testés positifs (avec des symptômes légers) et isolés. Parmi le staff, c’est encore mieux, plus personne n’est positif.
« Ce foyer survenu dans une maison de retraite représente une alerte qu’il faut donc prendre très au sérieux. Nous ne pouvons pas miser entièrement l’ensemble de notre stratégie de lutte contre la pandémie sur la seule vaccination » explique le professeur Antoine Flahaut à nos confrères du journal Atlantico. « La vaccination est bien sûr un allié très précieux dans la lutte, mais on constate qu’elle nécessite un très haut niveau de couverture pour être efficace ».

Une enquête épidémiologique

Les essais cliniques ont pourtant montré une très grande efficacité des vaccins y compris chez les personnes âgées et toutes les données que ce soit de l’expérience acquise en Israël, au Royaume-Uni ont montré une très bonne protection contre le virus : les variants vont-ils remettre en question ces résultats ? On n’a pas encore un recul suffisant sur la durée de l’immunité conférée par les vaccins, mais dans ce cas précis, la vaccination complète date de 4 mois et demi.
Pourquoi la Covid-19 a-t-il infecté autant de personnes vaccinées et pourquoi a-t-il causé autant de morts, alors que la maison de retraite a été épargnée jusqu’à présent ? Pourquoi un tel impact alors que le taux de vaccination est proche de 100 % chez les résidents et de près de 70 % chez le personnel ? L’enquête épidémiologique doit répondre à ces questions. « Tout sera vraiment scruté, explique Lara Kotlar, porte-parole d’AVIQ, l’Agence wallonne pour la qualité de vie. Nous voulons vraiment une enquête à 360° pour comprendre ce qui a pu se passer là-bas. Il s’agit encore d’un cas isolé et nous espérons qu’il le restera…  »


Jean-Michel Wendling*

Info du Jour [IDJ]

17 juin 2021

*spécialiste prévention santé au travail à Strasbourg, est consultant scientifique pour infodujour.fr