Au lieu de demander aux Suédois comment ont-ils fait pour avoir d’aussi bons résultats, l’exécutif français continue de se murer dans sa bêtise et son incompétence avec pour seule marge de manœuvre la restriction des libertés publiques et l’instauration d’amendes très lourdes, voire d’emprisonnement, en cas de non port du masque.


La gestion de l’épidémie de COVID-19 a beaucoup fait parler il y a quelques mois, car le pays avait décidé de ne pas mettre en place de mesure de confinement, et de miser sur une stratégie  dite de « l’immunité collective ».

La Suède n’a pas fermé ses écoles, ses restaurants ou ses bars et, encore plus marquant dans le contexte actuel, n’a pas émis de recommandation ni d’obligation d’utiliser des masques de protection. Cette approche a provoqué d’impressionnantes polémiques et critiques, poussant même la Norvège, principal partenaire commercial de la Suède, à fermer ses frontières avec son voisin. Pourtant, après un début d’épidémie parmi les plus meurtriers au monde (pire qu’aux États-Unis, lors d’une première vague), l’épidémie paraît maintenant parfaitement sous contrôle en Suède, alors que les cas augmentent à nouveau dans le reste de pays européens.

Comment une approche si différente a été possible ?

Selon Stéphane Gayet, médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, la relation de confiance entre la population et le gouvernement a été déterminante. En se limitant à des recommandations et à des incitations à limiter les déplacements et à respecter les mesures préventives, la Suède résisté face à l’épidémie CoVid-19, sans avoir à mettre en place des mesures drastiques et contraignantes. Plus récemment, la Suède surprend encore plus, en ne souhaitant pas imposer le port du masque obligatoire, même dans les lieux fermés, une mesure qui s’impose pourtant comme indispensable dans le monde entier.

Pas de masque pour les suédois

En Suède, le débat sur le port du masque divise encore législateurs et scientifiques. La plupart des études valident l’hypothèse que se couvrir la bouche et le nez est efficace pour se protéger des contaminations et surtout pour éviter de propager le virus. Mais avec une tendance très solide à la baisse des cas de COVID-19, le gouvernement suédois ne souhaite pas adopter de nouvelles mesures contraignantes pour la population, notamment concernant les masques. L’épidémiologiste en chef suédois, Anders Tegnell a passé en revue l’ensemble des études sur le port du masque, et il n’est pas convaincu. Pour lui, leur usage est trop complexe, et leur efficacité dépend trop de quand il faut les utiliser, qui doit les utiliser, de comment s’assurer qu’ils soient utilisés correctement, et cela rend le port du masque obligatoire peu efficace. Selon lui, le parfait exemple de l’ambivalence de l’obligation du port du masque est le cas des restaurants: il faudrait porter un masque, mais on ne peut pas manger avec un masque, il faut donc régulièrement l’enlever, le manipuler, pour pouvoir boire et manger… Très loin de l’utilsation recommandée. Il cite aussi le cas de l’Espagne comme un argument contre le port du masque: là-bas, l’obligation est très stricte, même en extérieur, mais cela n’empêche pas le nombre de cas d’augmenter.
Selon l’épidémiologiste, avant d’imposer le port de masque, il est beaucoup plus efficace et prioritaire d’appliquer correctement la distanciation sociale. Moins de soirées, plus de télétravail et de vélo pour éviter les transport public. En résumé: pas besoin de masque, si l’on respecte mieux la distance entre les gens.

Les écoles aussi restent ouvertes

Au printemps, la Suède a choisi de ne pas fermer les garderies et écoles et, selon Tegnell, cela n’a pas eu d’incidence sur les taux d’infection. L’Agence de santé publique suédoise a compilé les données sur sa décision concernant le système scolaire, et a partagé ses résultats. La Suède a signalé 1 124 cas d’enfants en âge d’aller à l’école ayant contracté le COVID-19 au cours d’une période allant de mars jusqu’à mi-juin, fin de l’année scolaire. Ce nombre équivaut à 2,1% de tous les cas de COVID dans le pays au cours de cette période. Parmi ceux-ci, 14 ont dû être hospitalisés dans une unité de soins intensifs. Pour justifier sa position, la Suède se compare a la Finlande qui elle a fermé les écoles. Le nombre de cas des enfants finlandais contaminés a été quatre fois plus importante qu’en Suède,  avec par contre seulement une hospitalisation, contre 14 en Suède. La science est divisée concernant le taux de contamination des enfants . Selon une étude scientifique publiée récemment les très jeunes, âgés de moins de 5 ans, seraient en fait particulièrement contagieux.

La France peut-elle s’inspirer du modèle suédois basé sur la confiance ?

Le « modèle suédois » est devenu le symbole d’une approche laissant la population tranquille pour gérer une crise de santé publique. Selon Tegnell, la Suède n’a pas réussi à atteindre cet objectif grâce à un ensemble de règles strictes, mais en « conquérant le peuple ». La population a un niveau de confiance très élevé, difficile à reproduire ailleurs.
En France, la population n’est pas seulement loin de la confiance suédoise dans les autorités, elle est en outre peu encline à la résilience et à la participation sociale (contrairement aux Italiens par exemple). Selon Stéphane Gayet, le manque de ce type de confiance, et de comportements, est à l’origine d’une indiscipline des Français. L’hétérogénéité de la France et  son désenchantement vis-à-vis de la classe politique s’ajoutent aux erreurs dans la gestion de l’épidémie CoVid-19. Et face à cela, les seules solutions envisagées ont été le confinement, la fermeture des écoles, et maintenant le port du masque.


Photo d’illustration : Les nouveaux cas de COVID en Suède ont toujours été stables au cours du mois dernier, tandis que les pics en Espagne et au Royaume-Uni ont alarmé les politiciens et les professionnels de la santé. Jonathan Brinkhorst / Unsplash

Accueil

6 août 2020