C’est ainsi que fonctionne la médecine moderne en France aujourd’hui. La vie d’une jeune femme a été détruite en quelques heures puisqu’elle s’est transformée en malade grave devant prendre des anticoagulants à vie ainsi que des antiépileptiques alors qu’elle n’avait absolument rien avant la vaccination de Pfizer. De plus, elle va coûter très cher en traitement à la Sécurité sociale.

On imagine que l’avocat de la victime sait que Pfizer s’est protégé en négociant l’immunité juridique dans le contrat de commandes de ses vaccins. Le seul recours  finir avec cette procédure sera contre l’État devant l’ONIAM sauf qu’il leur faudra attendre une dizaine d’années avant d’en finir avec cette procédure judiciaire interminable dans lesquelles les expertises vont se multiplier. Ce fut le cas pour les victimes du vaccin contre la grippe A H1N1 en 2009 Qui ne sont toujours pas indemnisés à ce jour malgré de graves atteintes cérébrales puisque l’on compte les victimes de narcolepsie cataplexie par centaines.

Par contre, il sera intéressant de suivre cette affaire afin de rendre compte à la population du comportement abject qu’aura Pfizer face à cette victime à laquelle nous souhaitons un prompt et complet rétablissement.

Nous conseillons également la victime de Pfizer de déposer plainte contre le médecin qui a injecté le vaccin qui est totalement responsable de cet acte.