exclusion_franc-maconnerie_italie


La société civile sénégalaise est extrêmement vigilante quant à la présence de la franc-maçonnerie sur son territoire. Elle a interdit au début de l’année une rencontre maçonnique, ce qui avait provoqué à l’époque l’ire du Grand Orient de France. Elle vient de féliciter l’alliance gouvernementale italienne d’avoir décidé l’exclusion du gouvernement de tous membres appartenant à la secte mafieuse de l’équipe dirigeante.


Après son échec cuisant à Dakar, le « Grand Orient » vient à nouveau d’essuyer un revers retentissant en Italie !

Et tout porte à croire que la tendance va se poursuivre en Occident jusqu’à ce que ces chantres de la « liberté de conscience absolue », qui ont banni de leur « Constitution » toute référence à Dieu et à l’immortalité de l’âme, tombent définitivement le masque, pour enfin laisser aux peuples du monde la liberté de disposer d’eux-mêmes, en se référant à leurs réalités endogènes.

Avant de révéler la composition de l’équipe victorieuse, qui dirigera l’Italie pour les cinq prochaines années, les nationalistes de la Ligue et les anti-systèmes du « Movimento 5 Stelle » (Mouvement 5 Étoiles), qui ont en commun leur rejet des forces politiques traditionnelles, ont présenté ce vendredi 18 mai leur contrat de gouvernement, qui prévoit notamment d’interdire aux francs-maçons de siéger au gouvernement. Ce qui figurait d’ailleurs en bonne place dans le programme de campagne électorale de « Movimento 5 Stelle », qui a toujours estimé que l’Italie ne pouvait se développer harmonieusement avec la présence parasitaire de lobbies dans les rouages de l’Administration, qui plus est dans le pure style de la mafia italienne ou de la camora napolitaine. Et comme il fallait s’y attendre, le Grand Orient d’Italie est monté sur ses grands chevaux, exactement comme l’avait récemment fait contre le Sénégal son « frère » de l’Hexagone, le Grand Orient de France – l’obédience maçonnique la plus islamophobe et la plus anticléricale d’Europe, qui prétend imposer tous azimuts sa vision du monde, au point de mettre en œuvre une pernicieuse stratégie d’infiltration des foyers religieux, tant musulmans que catholiques.

Le Vatican ne s’était pas trompé, en mai 2013, en démettant de ses fonctions Père Pascal Vasin, Curé de Paroisse en Haute-Savoie, en France, après la découverte de sa double appartenance à l’Église catholique et à une loge maçonnique. Le Clergé fut d’autant plus conforté dans la prise de cette sanction que cette taupe de la franc-maçonnerie avait habitué ses paroissiens à des prises de positions assez iconoclastes, en soutenant par exemple le mariage homosexuel, auquel l’Église, de notoriété publique, est fermement hostile. Il n’en fallut pas plus pour que cette « excommunication » de leur « frère » déclenchât l’ire du grand maître du Grand Orient de France, qui est aussitôt monté au créneau pour dénoncer ce qu’il a qualifié de « retour de l’obscurantisme ».

L’on se rappelle donc que, face à l’hostilité de l’écrasante majorité des croyants du Sénégal, le Grand Orient de France, frustré d’y avoir été déclaré persona non gratta, avait, dans un communiqué incendiaire et paternaliste, en date du 26 janvier dernier, craché le feu sur le Sénégal, particulièrement sur les 32 organisations regroupées dans la Coalition « Non à la Franc-maçonnerie », tout en reprochant à notre État souverain d’avoir cédé à la pression de ces « forces obscurantistes ». Lesquelles s’étaient fortement mobilisées pour s’opposer à ce que ces « bouffeurs de curés », qui sont parvenus à mettre l’Église catholique à genoux, en France, transforment, sous couvert de « Rencontres humanistes » (les 2 et 3 février dernier), notre capitale en tribune ouest-africaine d’un prosélytisme malsain, faisant la propagande de leurs thèses athéistes et libertines, qui auront favorisé sous d’autres cieux la légalisation de l’avortement et du mariage homosexuel, entre autres.
À son tour, le Grand Orient italien ne s’est pas non plus formalisé pour traiter de « fasciste » la nouvelle coalition victorieuse des Législatives italiennes. Ce nouveau pouvoir, après avoir présenté un programme inédit de « code d’éthique gouvernementale », a affiché sa ferme volonté d’inaugurer l’ère d’une « gouvernance vertueuse », en commençant par déclarer « indésirables au gouvernement » tout homme politique ayant fait l’objet d’une condamnation pénale ou appartenant à la Loge maçonnique italienne.

L’Organisation islamique JAMRA et l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, saluent cette courageuse initiative de la nouvelle équipe gouvernementale italienne, qui contribuera assurément à marginaliser davantage ces nouveaux « Croisés » aux tentacules envahissantes, qui déstructurent à tour de bras la quintessence même des ensembles sociaux, en prétendant bâtir une société sans Dieu !

Dakar, le 21 Mai 2018,
Les Bureaux exécutifs de JAMRA & Mbañ Gacce


Dakar 7