gold-reserves-bundesbankOn le sait depuis longtemps, l’or que devrait détenir l’Amérique n’existe plus ! Ni le leur et encore moins celui des autres. Que les élites dégénérées occidentales ne fassent surtout pas mine de le découvrir maintenant ; elles le savent depuis toujours. Depuis ce fameux mois d’août 1971 et la désindexation du dollar sur l’or, à quoi bon amasser ce métal vil ? D’autant que la richesse financière virtuelle du monde a surpassé en spéculation la richesse réelle de notre planète ! En d’autres termes, il y a plus de billets verts en valeur absolue que d’or sur terre. Cette désindexation était nécessaire pour l’accomplissement du plan de domination mondiale des élites maçonniques ; elles ont repoussé, voire éliminé toutes les limites mentales et physiques du désordre qu’elles voulaient instaurer. C’est chose faite et ça a diablement bien fonctionné.

Deux points paraissent très curieux :
1- Que fait la moitié de l’or allemand aux USA ?!! Depuis quand, cache-t-on son plus précieux trésor chez les autres ?
2- Pourquoi la Bundesbank ne veut-elle pas faire elle-même son propre audit comme elle devrait le faire ?

Les réponses à ces deux questions sont encore une fois deux preuves du complot mondial. La fin de la partie semble être de plus en plus proche…

Les États-Unis refusent de rendre l’or que l’Allemagne a mis à l’abri dans la Réserve Fédérale des USA et a, par ailleurs, empêché les représentants allemands de visiter le coffre de la Banque Centrale de ce pays pour vérifier l’état des tonnes d’or entreposées.

La méfiance par rapport au dollar pourrait s’intensifier après que la Bundesbank allemande ait demandé le rapatriement de son or entreposé dans la Réserve Fédérale des États-Unis, mais que Washington ait refusé de le faire avant 2020.

L’agence d’information russe, RT, a publié que les représentants allemands se sont vus refuser le permis de visiter le coffre de la Banque Centrale des États-Unis.

« L’Allemagne, qui y a entreposé près de la moitié de ses réserves en or, a de bonnes raisons de s’inquiéter. En général, les institutions financières des USA sont connues pour vendre ce qui n’existe pas réellement », écrit RT sur la publication de son portail Web.Ils citent l’exemple de 2012, lorsque la banque Goldman Sachs vendait des certificats d’or en assurant qu’ils étaient garantis par l’or authentique de ses coffres. Cependant, comme cela s’est su par après, il n’y avait pas d’or dans ces coffres, et la banque travaillait sur base d’un système de réserve fractionnaire, en supposant que peu de dépositaires exigeraient de récupérer leur or. Le fondateur et président de l’Association Allemande de Métaux Précieux, Peter Boehringer, considère que ce refus des États-Unis est un mauvais signe.

« Nous avons exercé beaucoup de pression sur la Bundesbank, nous lui avons envoyé énormément de questions, ainsi que d’autres entités. Nous voulons savoir pourquoi elle n’agit pas en tant qu’audit approprié, pourquoi ils ne font pas pression sur la banque centrale de son partenaire, tout particulièrement sur la Réserve Fédérale, pour qu’elle soit un audit adéquat. Pourquoi n’est-il pas possible de rapatrier cet or ? Il y a donc énormément de questions sans réponses », dit-il.

« Les USA et la Réserve Fédérale financent actuellement entre 60 et 80% de la dette fédérale récemment publiée, les bons du Trésor. Et son achat libre est une mauvaise nouvelle pour la dette des USA. Cela met en évidence que quelque chose va mal pour la qualité du dollar des États-Unis comme monnaie de réserve. La Chine et l’Inde vont probablement consommer 2.300 tonnes d’or conjointement cette année, ce qui équivaut presque à 100% de la production mondiale », explique-t-il.

La Réserve Fédérale des États-Unis est une des organisations les plus secrètes au monde. Depuis bien des années, elle entrepose de grandes quantités d’or de différents pays. Si auparavant elle était considérée comme l’endroit le plus sûr pour les réserves de beaucoup de pays, maintenant la situation a changé, puisque l’or qui y est entreposé s’épuise du fait de sa vente, son cautionnement ou son utilisation comme garantie financière…

FMM_3edition_Index