Intéressante intervention de cet économiste qui expose plusieurs points importants méritant d’être cités et analysés. Primo, il sait parfaitement que le peuple ne veut pas de son système capitaliste débridé en fin de vie. D’ailleurs, on remarque qu’il fait semblant de croire que ce cirque va continuer encore longtemps et que si le peuple n’est pas d’accord avec lui, c’est qu’il a mal compris comment fonctionne le système. À aucun moment il ne se dit que le peuple n’est pas d’accord car il a parfaitement compris que le système capitaliste ultralibéral est totalement suicidaire. Du coup, il fait comme les politiciens qui trouvent comme excuse un manque de pédagogie, ce qui est d’ailleurs insultant pour le peuple. Secundo, il peut avoir l’air naïf sur la première question mais il reste néanmoins conscient de la dangerosité de sa position qui consiste à aller contre le peuple qui peut un jour ou l’autre se révolter et demander des comptes.

Tertio, dans tous les cas, on comprend via cette courte intervention, que la démocratie n’existe pas puisqu’elle est piétinée quotidiennement par les banksters et autres financiers qui ne cessent de détruire l’économie mondiale en spéculant toujours plus avec des outils mathématiques criminels et avec la complicité des politiciens qui ne sont rien d’autre que leurs laquais comme nous pouvons le constater avec Emmanuel Macron qui était associé gérant chez Rothschild ; la même chose pour Pompidou…