Encore une fois, nous avons en Algérie un capitaine de la marine marchande se fait emprisonner juste pour avoir dénoncé le monopole des Émirats arabes unis au niveau du port d’Alger ! Ce jeune capitaine courageux, Monsieur Hamza Djaoudi, croupit actuellement en prison et personne ne parle de lui et certainement pas dans la presse française. Imaginez une seconde qu’une gamine se fasse agresser pour le port d’une minijupe par exemple, les médias français en feraient des tonnes pendant au moins 15 jours. Par contre, dès qu’il s’agit de sujets sérieux comme l’argent, la politique, le pouvoir… vous pouvez crever en silence dans les geôles du régime dictatorial, personne ne viendra à votre secours et certainement pas les grands démocrates humanistes de la place de Paris !

C’est à ce moment précis que vous comprenez que le système politique français patauge dans une hypocrisie incommensurable et unique dans l’histoire de l’humanité. En réalité, il n’en a que faire de la démocratie et de l’autodétermination des peuples, son seul objectif est d’exporter sa décadence au monde entier avec un zèle et une détermination qui forcent l’admiration.


Un jeune capitaine de la marine marchande, Hamza Djaoudi, natif de Si Mustapha (Boumerdès), a été arrêté avant-hier puis mis sous mandat de dépôt à la prison d’El Harach pour avoir posté une vidéo sur Youtube, où il a dénoncé le monopole de la société émiratie DP World dans la gestion des ports algériens, le troisième.

Une filiale de Dubai World qui est classée comme troisième exploitant portuaire mondial. Dans sa vidéo, Hamza s’en est pris également à « el îssaba » [le gang] et appelé ses collègues à la désobéissance civile à partir du 1er septembre. « Cette société (DP World, ndlr) s’offre 70% des bénéfices des ports algériens. On est colonisés économiquement », a-t-il déclaré dans sa vidéo, où il dit ne pas reconnaître le pouvoir incarné par Bensalah, Bedoui et les militaires. Son arrestation a été dénoncée vigoureusement sur les réseaux sociaux, tant le concerné a exprimé une opinion et plaidé pour le départ de la « îssaba », le gang.

Hier, un de ses frères et de nombreux jeunes de sa localité ont participé à la 27e marche d’Alger pour exiger sa libération. « Mon frère a été emprisonné, car il voulait que nos ports soient libérés des corrompus émiratis et de la nouvelle « îssaba » », lance un manifestant dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux. Les internautes considèrent l’incarcération de Hamza « comme un mauvais signe qui ne présage rien de bon pour l’avenir du pays ». « Celui qui dit la vérité on le met en prison ; finalement rien n’a changé en Algérie », écrit un jeune qui dénonce « le retour des barbouzes sous un autre habit ». Un autre rappelle que « des milliers d’Algériens ont déjà appelé à la désobéissance civile lors du 24e vendredi sans que personne ne soit arrêté ». Pour lui, « Hamza a été emprisonné pour avoir critiqué le groupe émirati. Rien de plus ». 


Ramdane Koubabi

El Watan [Algérie]

24 août 2019