Vidéo témoignage du Dr Moulinier suite au harcèlement judiciaire qu’il subit depuis 30 ans pour un exercice médical en dehors des clous. Curieusement, lorsque des médecins tuent des milliers de patients avec la Dépakine, le Mediator, la Diane 35, le Vioxx… aucun ne se retrouve en prison ou condamné ! Comment expliquer un tel comportement, une telle injustice ?


Le Dr Didier Moulinier, diplômé en cancérologie, lance un nouveau SOS compte tenu du harcèlement administratif dont il est à nouveau l’objet. Il dénonce le fascisme des autorités administratives qui voient les charlatans où ils ne sont pas, et qui malmènent des médecins intègres, respectueux du patient de l’humain et soucieux de leur efficacité. Il appelle à venir le soutenir à Bordeaux, le samedi 10 novembre 2018, de 9H à 9H30 devant le siège du Conseil de l’Ordre des Médecins, 84 quai des Chartrons.

Nous relayons son appel qui est évidemment très important pour la défense de la liberté thérapeutique. Le patient doit retrouver pleinement ses pouvoirs, il doit pouvoir se tourner vers des médecins humains qui auront à cœur de trouver les meilleures manières de le soigner, ce qui signifie aussi essayer de mettre en oeuvre les thérapeutiques présentant le moins de risques possibles pour une efficacité maximale! Ou bien les patients se résignent à ce que leurs médecins ne soient que les valets d’une industrie pharmaceutique cynique et cupide qui ne pense qu’aux profits et à la standardisation des soins au détriment de leur efficacité, ou bien ils arrêtent de se comporter en caniches, dociles (pour reprendre une expression du Pr P. Even) et exigent que leur praticien soit réellement en mesure d’exercer son art, lequel ne saurait souffrir de guidelines rigides et contraires à la nécessaire individualisation des soins.

Vidéo ici sur le contexte d’une Big Pharma cynique toute puissante :



« La profession médicale est achetée par l’industrie pharmaceutique, non seulement en termes d’exercice de la médecine, mais aussi en termes d’enseignement et de recherche. Les établissements universitaires de ce pays se permettent d’être les agents rémunérés de l’industrie pharmaceutique. Je trouve ça honteux. » – Arnold Seymour Relman (1923-2014), professeur de médecine à Harvard et ancien rédacteur en chef du New England Journal of Medicine.


Initiative citoyenne [Belgique]