Extraordinaire article publié sur le Financial Times qui demande le plus simplement du monde de réaliser la grande initialisation tant vantée par Klaus Schwab. Le journaliste estime que le système financier actuel est en faillite et que les dettes publiques ne pourront pas être remboursées, du coup il faut tout remettre à zéro. Un genre de grand jubilé de la dette. Les « complotistes » avaient donc encore une fois raison.

Sauf qu’il y a comme un petit problème dans toute cette histoire. Il n’est pas acceptable de laisser les criminels qui ont détruit la planète et endetté tout le monde nous proposer aujourd’hui la solution pour une sortie de crise. Cela n’a absolument aucun sens, bien au contraire, il va falloir juger sévèrement les responsables de ce désastre.

Mais il est quand même assez jouissif de lire ce type d’article parlant d’une Grande réinitialisation alors que l’on se souvient tous des arguments de la Doxa qui se sont tous mis à attaquer à bras raccourcis le documentaire Hold-up sur cette question très importante de la Grande réinitialisation ! Ils ont tout simplement traité cette réalité de théorie du complot ! Cet article nous démontre que c’est plutôt une réalité pratique du quotidien…


Un supercycle de la dette de 30 ans qui a alimenté les inégalités illustre la nécessité d’un nouveau régime.

En moyenne, les systèmes monétaires internationaux durent environ 35 à 40 ans avant que les tensions qu’ils créent deviennent trop importantes et qu’un nouveau système soit nécessaire.

Avant la première guerre mondiale, les principales économies existaient sur un étalon-or dur. Pendant l’après-guerre, la plupart des économies sont revenues à un étalon-or « semi-dur ». À la fin de la seconde guerre mondiale, un nouveau système international a été conçu – l’ordre de Bretton Woods – avec le dollar lié à l’or, et d’autres monnaies clés liées au dollar.

Lorsque ce système s’est effondré au début des années 1970, le monde est passé à un système fiduciaire dans lequel le dollar n’était pas adossé à une marchandise, et n’était donc pas ancré. Ce système a maintenant atteint la fin de son utilité.

Une compréhension des moteurs du supercycle de la dette sur 30 ans illustre la fatigue du système. Il s’agit notamment de la liquidité sans fin qui a été créée par les banques commerciales et centrales dans le cadre de ce système monétaire international sans ancrage. Ce processus a été aidé et encouragé par les régulateurs mondiaux et les banques centrales qui ont largement ignoré les objectifs monétaires et la croissance de la masse monétaire.

La croissance massive de la dette hypothécaire dans la plupart des grandes économies mondiales en est un exemple clé. Plutôt qu’une pénurie de l’offre de logements, comme on le présente souvent comme la raison principale de la hausse des prix de l’immobilier, c’est la croissance abondante et rapide de la dette hypothécaire qui en a été le principal moteur au cours des dernières décennies.

C’est aussi, bien sûr, l’un des facteurs qui se trouvent au cœur de l’inégalité et du fossé générationnel d’aujourd’hui. La résolution de ce problème devrait contribuer de manière significative à l’apaisement des divisions au sein des sociétés occidentales.

Avec une nouvelle administration américaine, et la fin de la bataille de Covid en vue avec le déploiement de la vaccination en cours, c’est le bon moment pour les principales économies de l’Ouest (et idéalement du monde) de s’asseoir et de concevoir un nouvel ordre monétaire international.

Dans ce cadre, il faudrait procéder à une annulation généralisée de la dette, en particulier de la dette publique détenue par les banques centrales. Nous estimons que cela représente environ 25 milliards de dollars de dette publique dans les principales régions de l’économie mondiale.

La question de savoir si l’annulation de la dette s’étend au-delà de ce montant devrait être au cœur des négociations entre les décideurs politiques quant à la construction du nouveau système – idéalement, il devrait s’agir d’une forme de jubilé de la dette.

Les implications pour les rendements obligataires, après l’annulation de la dette, doivent être pleinement réfléchies et débattues. Une normalisation des rendements, à mesure que les niveaux de liquidité se normalisent, est probable.

Dans cet environnement, la détention élevée de la dette publique par des parties du système financier telles que les banques et les assureurs pourrait infliger des pertes importantes. Dans ce cas, la recapitalisation de certaines parties du système financier devrait être incluse dans l’établissement du nouvel ordre monétaire international. De même, l’impact sur les actifs de retraite doit également être pris en compte et préparé.

Deuxièmement, les décideurs politiques devraient négocier une forme d’ancrage – qu’il s’agisse de lier les monnaies des uns et des autres, de les lier à une monnaie électronique centrale ou peut-être à des droits de tirage spéciaux électroniques, l’actif de réserve international créé par le FMI.

Comme nous l’avons souligné ci-dessus, l’un des principaux moteurs de l’inégalité au cours des dernières décennies a été la capacité des banques centrales et commerciales à créer des quantités illimitées de liquidités et de nouvelles dettes.

Cela a donné naissance à des économies quelque peu spéculatives, excessivement dépendantes de l’argent bon marché (qu’il s’agisse de dettes hypothécaires ou autres), qui ont ensuite financé des bulles de prix d’actifs en série. Si les bulles de prix d’actifs sont une caractéristique omniprésente dans l’histoire, leur taille et leur fréquence se sont accrues au cours des dernières décennies.

Comme l’a indiqué la Fed dans son étude de 2018, chaque grande classe d’actifs a connu, au cours des 20 années allant de 1997 à 2018, une croissance annuelle moyenne supérieure à celle du PIB nominal. À long terme, cette situation n’est ni saine ni durable.

Avec une ancre de liquidité en place, l’économie mondiale se rapprochera alors d’un modèle capitaliste plus propre, où les marchés financiers reviennent à leur rôle premier de découverte des prix et d’allocation du capital sur la base des fondamentaux perçus (plutôt que des niveaux de liquidité).

La croissance devrait alors moins dépendre de la création de dettes et davantage des gains de productivité, du commerce mondial et de l’innovation. Dans cet environnement, l’inégalité des revenus devrait diminuer à mesure que les gains de la croissance de la productivité seront plus largement partagés.

La raison principale pour laquelle de nombreuses économies occidentales sont aujourd’hui trop dépendantes de la consommation, de la dette et des prix de l’immobilier est la mise en place de l’architecture monétaire et financière nationale et internationale. Une grande réinitialisation offre donc l’opportunité de restaurer un semblant d’équité économique dans les économies occidentales et autres.


Photo d’illustration : coupures de cent dollars © Bloomberg