Nous remarquons d’emblée que Juncker ne répond pas aux questions concernant les perturbateurs endocriniens. Ensuite, concernant son ami Barroso, on se demande bien comment va-t-il faire pour le critiquer, ce qu’il ne fera d’ailleurs pas, puisqu’il trouve normal que l’on puisse passer de l’UE à Goldmann Sachs. Concernant le Luxembourg qu’il a dirigé pendant 20 ans, on imagine bien qu’il ne se risquera pas à critiquer le fait qu’il s’agisse d’un des plus dangereux « enfers » fiscaux au sein même de l’Europe. D’ailleurs il renversera l’accusation le plus simplement du monde, comme si la France était un paradis fiscal malgré ses 33% de taxation sur les entreprises !!! Concernant le lobbying au sein de l’UE qui représente un sujet capital puisque l’industrie influence les votes et les lois, il ne fera rien d’autre que botter en touche comme toujours. Il fait croire que les choses vont changer puisqu’il a décidé d’opter pour plus de transparence. En réalité, les lobbyistes continuent de faire leur travail le plus normalement du monde, travail de corruption passive ou active qui permet de vendre des poisons malgré l’explosion des cancers et des maladies de plus en plus nombreuses et inconnues. En réalité, la situation est totalement déséquilibrée puisque seul le riche lobbyiste peut rencontrer le législateur, en aucun cas le petit peuple.

Il reste néanmoins impressionnant de voir le visage de Juncker aussi inexpressif et impassible malgré le débit de mensonges ridicules qu’il profère à la minute. Ses dernières paroles démontrent clairement qu’il a tout de même passé un très mauvais moment, même s’il le cache très bien en bon professionnel, puisqu’il affirmera que c’est sa dernière ITW de ce type.

Vous pouvez voir plus bas le compte-rendu de cette youtubeuse qui expose comment Youtube a essayé de l’influencer allant jusqu’à la menacer, puis à essayer de la corrompre avec un gros chèque ! La démocrassie est entre de bonnes mains, vous pouvez dormir tranquilles…



L’interview de Juncker que Youtube et l’UE ne voulaient pas.
La vidéo qui prouve que cette interview n’aurait jamais dû exister : « J’ai interviewé le Président de la Commission Européenne le 15 septembre 2016, et au lieu de poser les questions lisses et légères que l’on espérait de moi, j’ai bravé les pressions pour oser poser en direct les questions que m’avaient posées les internautes. Scandale Luxleaks, pouvoir des lobbys, ancien président Barroso à la banque Goldman Sachs, produits chimiques dangereux non interdits malgré la science, j’ai posé les questions que nous nous posions vraiment. J’ai préparé cette interview avec Ludo, Steph et Xav de la chaîne Osons Causer pour me préparer à faire face à un homme politique expérimenté et écrire les questions, et Raj de la chaîne Autodisciple qui a joué mon faux assistant et a filmé les caméras cachées. »