jordanie_revolte_0


Encore une information qui prouve que la CIA joue double jeu comme toujours, l’histoire nous en donne des centaines de preuves pour ceux qui veulent se donner la peine de chercher, lire et comprendre. Bien sûr, vous n’allez pas faire croire que des Jordaniens vont vendre au marché noir des millions de dollars d’armes à Daech sans que l’état ou les USA ne s’en aperçoivent. Pire encore, vendre pour que Daech se retourne contre eux, comme ils l’ont fait en Syrie et en Irak et transforme la Jordanie en gigantesque chantier. Cette version ne tient pas la route, mais plutôt celle de la sous-traitance habituelle. Ainsi, si on se fait attraper la main dans le sac, ce sera la faute au bougnoule corrompu…


Selon une enquête menée conjointement par le New York Times et Al Jazeera, certains officiers de l’armée jordanienne ont détourné de l’armement fourni par la CIA au royaume hachémite et destiné aux rebelles syriens. 

Selon l’enquête du New-York Times, tout commence en novembre dernier. Un capitaine de la police jordanienne ouvre le feu sur son lieu de travail. Il abat plusieurs collègues parmi lesquels deux formateurs américains.

Dans la foulée, une enquête est ouverte. Le FBI y participe et fait cette découverte : les armes ayant tiré les balles meurtrières lors de cette attaque sont des armes américaines volées. L’enquête se poursuit. Elle révèle finalement un détournement de grande ampleur. La trahison est d’autant plus douloureuse qu’elle intervient dans un pays ami de longue date.

Des millions de dollars d’armement

Des millions de dollars d’armement sont fournis par Washington aux rebelles syriens, via la Jordanie. Ces armes jamais arrivées à bon port auraient en fait été revendues sur le marché noir par des membres de l’armée jordanienne.

Fusils d’assaut, mortiers, grenades ont inondé les circuits parallèles en Jordanie et alimenté réseaux criminels et tribus rurales.

Loin de soutenir la cause de la rébellion syrienne, ces millions de dollars d’armement ont servi en réalité à offrir un train de vie luxueux à certains officiers du renseignement du royaume hachémite.