chine_citoyens_caches
Un enfant sur les épaules de son père, le 28 janvier 2017, à Shanghai (Chine). (KE WEI/IMAGINECHINA/AFP).

C’est ce qui se passe quand on invente et impose des lois aussi stupides et inhumaines que celle de l’enfant unique en Chine ! On crée un peuple à part, en marge de la société officielle, un peuple de 14 millions d’individus !!!


Le ministère de la Sécurité publique a annoncé l’enregistrement sur ses registres de plusieurs millions de citoyens qui n’avaient, jusqu’à présent, pas de papiers.

En cause : la politique de l’enfant unique.

La Chine compte désormais 14 millions de citoyens en plus. Il ne s’agit pas de nourrissons tout juste nés, mais d’habitants cachés pendant des années aux yeux des autorités. Cette annonce a été faite par le ministère de la Sécurité publique, chargé du recensement de la population, vendredi 24 mars, et est rapportée par le site Quartz (en anglais). Le pays le plus peuplé au monde, avec 1,367 milliard d’habitants, l’est donc encore un peu plus.

La raison de cet ajout soudain ? De nombreuses naissances ont été cachées, surtout dans les zones rurales, en raison de la politique de l’enfant unique, introduite à la fin des années 1970 et qui n’a longtemps autorisé qu’un seul enfant par famille afin de freiner une démographie alors galopante. « Pendant des années, l’enregistrement d’un deuxième enfant sur le hukou [l’équivalent du livret de famille] coûtait très cher », explique Quartz.

Une politique abandonnée en 2015

Tous ces enfants n’existaient donc pas dans les registres et ne pouvaient pas profiter de leurs droits, comme d’une assurance maladie, de la scolarisation ou encore des aides sociales. Mais en 2015, la Chine a décidé d’abandonner sa politique de l’enfant unique et a ainsi autorisé chaque famille à avoir deux enfants. En même temps, le gouvernement a reconnu que l’enregistrement dans le hukou était « un droit fondamental et légal », expliquait-il dans une note (en chinois) rédigée en décembre 2015. Le pays a donc décidé de faciliter la démarche, invitant ceux qui ne figuraient pas sur les hukous à s’y enregistrer, comme l’expliquait CNN (en anglais).

France TV Info/AFP