Certainement le plus grand crime de Big Pharma de toute l’Histoire humaine !



Espérant solder l’avalanche de litiges à son encontre, le groupe pharmaceutique Purdue, propriété des Sackler, avait déposé le bilan en 2019.

Mais le montage proposé avait été rejeté par une vingtaine de procureurs.

La famille Sackler, propriétaire du groupe pharmaceutique américain Purdue, a proposé, lundi 15 mars, de payer 4,28 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros) dans le cadre d’un nouveau plan de sortie de faillite proposé pour solder les poursuites l’accusant d’avoir alimenté la crise des opiacés. Les procureurs de plusieurs États l’ont sans tarder jugé insuffisant.

Purdue avait déjà accepté de plaider coupable en octobre pour sa promotion agressive du médicament antidouleur OxyContin, dont il connaissait la puissance addictive. Ses pratiques commerciales, comme celles d’autres laboratoires, grossistes et chaînes de pharmacies, ont conduit, à partir de la fin des années 1990, à une surconsommation d’antidouleur aux opiacés, à l’origine d’une explosion des overdoses aux États-Unis.

Espérant solder l’avalanche de litiges à son encontre, Purdue avait déposé le bilan en septembre 2019. Mais le montage proposé avait été rejeté par une vingtaine de procureurs.

Comme prévu par l’accord passé l’an dernier avec le ministère de la justice américain, l’entreprise prévoit de se dissoudre pour créer une nouvelle société dont le but serait d’aider à régler la crise des opiacés, en versant de l’argent aux divers acteurs estimant avoir pâti de la crise et en développant des médicaments contre les overdoses et la dépendance. Le laboratoire estime que ces nouveaux traitements, qu’il distribuerait à prix coûtant, équivaudraient à une valeur de 4 milliards de dollars.


Photo d’illustration : La crise des opiacés a fait environ 500 000 morts aux États-Unis depuis 1999.

Le Monde

16 mars 2021