On ne sait pas si c’est la rétraction ou la publication de cette étude foireuse qui est le plus grave car ils continuent à se moquer de nous et insulter notre intelligence ! Mandeep R Mehra, Frank Ruschitzka et Amit N Patel affirment qu’ils se retirent car Surgisphere ne veut pas fournir les données du coup on aimerait bien savoir sur quoi ont-il travaillé ? Sur quelle base de donnée ont-ils réalisé leurs statistiques ?

Le LancetGate démontre une bonne fois pour toute que le monde de la recherche médicale est corrompu à très haut niveau, que la Bad science est une vraie menace pour la santé de tous !


Le NEJM retire également l’étude avec les plates excuses des auteurs escrocs :



Après la publication de notre article dans le Lancet, plusieurs inquiétudes ont été soulevées quant à la véracité des données et des analyses effectuées par Surgisphere Corporation et son fondateur et notre co-auteur, Sapan Desai. Nous avons lancé un examen par des pairs indépendants de Surgisphere avec le consentement de Sapan Desai pour évaluer l’origine des éléments de la base de données, pour confirmer l’exhaustivité de la base de données et pour reproduire les analyses présentées dans le document. Nos pairs indépendants nous ont informés que Surgisphere ne transférerait pas l’ensemble des données, les contrats des clients et le rapport d’audit ISO complet sur leurs serveurs pour analyse, car un tel transfert violerait les accords des clients et les exigences de confidentialité. Nous aspirons toujours à effectuer nos recherches conformément aux directives éthiques et professionnelles les plus strictes. Nous ne pouvons jamais oublier la responsabilité qui nous incombe en tant que chercheurs de veiller scrupuleusement à ce que nous nous appuyions sur des sources de données qui respectent nos normes élevées. Compte tenu de cette évolution, nous ne pouvons plus garantir la véracité des sources de données primaires. En raison de ce développement malheureux, les auteurs demandent que le document soit retiré. Nous nous sommes tous engagés dans cette collaboration pour contribuer de bonne foi et à un moment de grande nécessité pendant la pandémie COVID-19. Nous vous présentons nos excuses les plus sincères, ainsi qu’aux éditeurs et aux lecteurs de la revue, pour tout embarras ou désagrément que cela a pu causer.