Ce sont les chiffres de l’OMS et pourtant aucun morticole cathodique n’en parle, ils ne jurent que par le confinement, le reconfinement, le rereconfinement, le rerereconfinement… même si ça ne sert à rien et le seul fait de rerereconfiner le démontre. Il est question ici de centaines de milliers de morts supplémentaires à cause du seul VIH auquel il faudra ajouter le paludisme, la tuberculose, les cancers, les maladies cardiovasculaires…



Les progrès réalisés dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant pourraient être inversés, les nouvelles infections à VIH chez les enfants augmentant jusqu’à 104%

11 mai 2020

Communiqué de presse conjoint

Un groupe de modélisation réuni par l’Organisation mondiale de la santé et l’ONUSIDA a estimé que si des efforts n’étaient pas faits pour atténuer et surmonter les interruptions des services et des fournitures de santé pendant la pandémie COVID-19, une interruption de six mois du traitement antirétroviral pourrait entraîner plus de 500 000 décès supplémentaires dus à des maladies liées au sida, y compris à la tuberculose, en Afrique subsaharienne en 2020-2021. En 2018, on estime que 470000 personnes sont décédées des suites de décès liés au sida dans la région.

Il y a de nombreuses raisons différentes qui pourraient entraîner l’interruption des services – cet exercice de modélisation montre clairement que les communautés et les partenaires doivent agir maintenant car l’impact d’une interruption de six mois du traitement antirétroviral pourrait effectivement régler l’horloge sur les décès liés au sida. retour à 2008, où plus de 950 000 décès liés au sida ont été observés dans la région. Et les gens continueraient à mourir en grand nombre des perturbations pendant au moins cinq ans, avec un excédent annuel moyen de décès de 40% au cours de la prochaine demi-décennie. En outre, les interruptions des services VIH pourraient également avoir un certain impact sur l’incidence du VIH au cours de l’année prochaine.

«La terrible perspective qu’un demi-million de personnes supplémentaires en Afrique meurent de maladies liées au sida, c’est comme un retour dans l’histoire», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé.

«Nous devons lire cela comme un appel au réveil aux pays pour qu’ils identifient les moyens de soutenir tous les services de santé vitaux. Pour le VIH, certains pays prennent déjà des mesures importantes, par exemple en veillant à ce que les gens puissent collecter des emballages en vrac de traitement et d’autres produits essentiels, y compris des kits d’autotest, dans les points de dépôt, ce qui soulage la pression sur les services de santé et les personnels de santé . Nous devons également veiller à ce que les stocks mondiaux de tests et de traitements continuent d’affluer vers les pays qui en ont besoin », a ajouté le Dr Tedros.

En Afrique subsaharienne, on estime que 25,7 millions de personnes vivaient avec le VIH et 16,4 millions (64%) suivaient un traitement antirétroviral en 2018. Ces personnes risquent maintenant de voir leur traitement interrompu parce que les services anti-VIH sont fermés ou sont incapables de fournir un traitement antirétroviral parce que des perturbations de la chaîne d’approvisionnement ou parce que les services sont simplement débordés en raison de besoins concurrents pour soutenir la réponse au COVID-19.

«La pandémie COVID-19 ne doit pas être une excuse pour détourner les investissements du VIH», a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’ONUSIDA. «Il y a un risque que les gains durement gagnés de la riposte au sida soient sacrifiés à la lutte contre le COVID-19, mais le droit à la santé signifie qu’aucune maladie ne doit être combattue aux dépens de l’autre.

Lorsque le traitement est respecté, la charge virale VIH d’une personne chute à un niveau indétectable, ce qui la maintient en bonne santé et empêche la transmission du virus. Lorsqu’une personne est incapable de prendre régulièrement un traitement antirétroviral, la charge virale augmente, ce qui a un impact sur la santé de la personne, ce qui peut finalement entraîner la mort. Même des interruptions de traitement à relativement court terme peuvent avoir un impact négatif important sur la santé d’une personne et son potentiel de transmission du VIH.

Cette recherche a réuni cinq équipes de modélisateurs utilisant différents modèles mathématiques pour analyser les effets de diverses perturbations possibles des services de dépistage, de prévention et de traitement du VIH causées par le COVID-19.

Chaque modèle a examiné l’impact potentiel des interruptions de traitement de trois ou six mois sur la mortalité due au sida et l’incidence du VIH en Afrique subsaharienne. Dans le scénario de perturbation de six mois, les estimations de l’excès de décès liés au sida en un an allaient de 471 000 à 673 000, ce qui fait qu’il est inévitable que le monde rate l’objectif mondial 2020 de moins de 500 000 décès liés au sida dans le monde.

Des interruptions plus courtes de trois mois auraient un impact réduit mais toujours significatif sur les décès dus au VIH. Des interruptions plus sporadiques de l’offre de traitement antirétroviral entraîneraient une observance sporadique du traitement, conduisant à la propagation de la résistance aux médicaments anti-VIH, avec des conséquences à long terme sur le succès futur du traitement dans la région.

Des services perturbés pourraient également annuler les progrès réalisés dans la prévention de la transmission mère-enfant du VIH. Depuis 2010, les nouvelles infections à VIH chez les enfants en Afrique subsaharienne ont diminué de 43%, passant de 250000 en 2010 à 140000 en 2018, en raison de la couverture élevée des services VIH pour les mères et leurs enfants dans la région. La réduction de ces services par le COVID-19 pendant six mois pourrait entraîner une augmentation considérable des nouvelles infections à VIH chez les enfants, jusqu’à 37% au Mozambique, 78% au Malawi, 78% au Zimbabwe et 104% en Ouganda.

Parmi les autres effets importants de la pandémie de COVID-19 sur la riposte au sida en Afrique subsaharienne qui pourraient entraîner une mortalité supplémentaire, citons une réduction de la qualité des soins cliniques en raison du surmenage des établissements de santé et une suspension des tests de charge virale, une réduction des conseils d’observance et des changements de régime médicamenteux . Chaque modèle a également examiné la mesure dans laquelle une interruption des services de prévention, y compris la suspension de la circoncision médicale masculine volontaire, l’interruption de la disponibilité des préservatifs et la suspension du dépistage du VIH, aurait un impact sur l’incidence du VIH dans la région.

La recherche met en évidence la nécessité d’efforts urgents pour assurer la continuité des services de prévention et de traitement du VIH afin d’éviter les décès excessifs liés au VIH et de prévenir l’augmentation de l’incidence du VIH pendant la pandémie COVID-19. Il sera important que les pays accordent la priorité au renforcement des chaînes d’approvisionnement et à ce que les personnes déjà sous traitement soient en mesure de continuer le traitement, notamment en adoptant ou en renforçant des politiques telles que la dispensation de traitements antirétroviraux sur plusieurs mois afin de réduire les besoins d’accès aux établissements de soins de santé. pour la maintenance de routine, ce qui réduit le fardeau des systèmes de santé surchargés.

«Chaque mort est une tragédie», a ajouté Mme Byanyima. «Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et permettre à des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup sont jeunes, de mourir inutilement. J’exhorte les gouvernements à veiller à ce que chaque homme, femme et enfant vivant avec le VIH reçoive régulièrement des traitements antirétroviraux – quelque chose qui sauve littéralement la vie.  »