philippe-galli
Philippe Galli, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 18 décembre 2014. (MAXPPP).

Alors que la situation carcérale en France est épouvantable avec une surpopulation parquée dans des locaux vétustes d’un autre âge, on apprend que les responsables politiques, censés travailler pour améliorer le système, ne se parlent même pas depuis des mois ! N’est-ce pas merveilleux !


Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a annoncé, dimanche soir, avoir accepté la démission de Philippe Galli, directeur de l’administration pénitentiaire. Son adjoint assurera l’intérim. 

Le ministre de la Justice a annoncé, dimanche 2 avril, dans un communiqué, la démission du directeur de l’administration pénitentiaire, Philippe Galli, « de sa propre initiative ». II a présenté sa démission, vendredi, au garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, qui l’a acceptée sans divulguer les raisons. Philippe Galli avait été nommé en septembre 2016 à ce poste.

Le directeur adjoint assure l’intérim

À compter du prochain conseil des ministres, l’intérim sera assuré par Stéphane Bredin, actuel directeur adjoint de l’administration pénitentiaire, a expliqué Jean-Jacques Urvoas.

Stéphane Bredin, qui « dispose de toutes les qualités et de la confiance du ministre de la Justice », sera chargé de mener à bien « les dossiers prioritaires qui ne peuvent souffrir de délais supplémentaires et doivent aboutir d’ici la fin du quinquennat ». Parmi ceux-ci, il y a « la reprise du dialogue social, le déploiement du plan encellulement individuel, la sécurité pénitentiaire, les extractions judiciaires, et les réformes statutaires ».

France TV Info