Voici ce qui arrive avec l’usure, on se prostitue, on se vend au prêteur ! C’est le cas du Monténégro aujourd’hui, ce sera le cas de la France demain à n’en point douter.


Incapable de rembourser la première échéance d’un prêt octroyé par la Chine, le pays pourrait être obligé de céder une partie de son territoire à Pékin.

Le Monténégro, ses plages de rêves, ses canyons vertigineux, ses villages médiévaux… et son autoroute. Plus précisément, une portion de 41 kilomètres qui doit relier la côte adriatique du pays, très touristique, à la Serbie voisine. Mais ce coûteux projet pourrait bien faire tomber le pays dans les griffes chinoises. Tout commence en 2014 lorsque la Banque mondiale refuse d’octroyer un prêt au gouvernement monténégrin pour financer ce chantier, car il augmenterait trop massivement la dette de ce « confetti » des Balkans.

Qu’importe, la Chine propose ses services. Le montage utilisé pour financer les gigantesques infrastructures des « nouvelles routes de la soie » est bien rodé. La construction est confiée à la China Road and Bridge Corporation. Quant aux finances, elles viennent d’une banque publique chinoise, l’Export-Import Bank of China, qui octroie au Monténégro un crédit de 944 millions de dollars.

[…]


Photo d’illustration : Le Monténégro est incapable de rembourser la première échéance d’un prêt octroyé par la Chine. afp.com/SAVO PRELEVIC

Béatrice Mathieu

L’Express

17 et 18 avril 2021